L’étoile des insurtech pâlit à la Bourse de New York

le 30/10/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Entré au Nasdaq cette semaine, Root suscite moins d'enthousiasme que GoHealth, SelectQuote et Lemonade ces derniers mois. L'IPO de Lufax ce vendredi sera un bon test.

IPO sur le Nasdaq de la compagnie d’assurance automobiles Root, mercredi 28 octobre 2020.
Premier jour de cotation sur le Nasdaq de la compagnie d’assurance automobile Root, mercredi 28 octobre 2020.
(Photo Nasdaq)

L’insurtech américaine Root Insurance a connu des débuts hésitants en Bourse cette semaine. Pour son premier jour de cotation sur le Nasdaq, elle plongeait de près de 4% mercredi, à 26 dollars par action, avant de se redresser légèrement à 27 dollars par action en clôture, la valorisant à environ 6,5 milliards de dollars (5,57 milliards d'euros), un prix inchangé de son cours d’introduction en Bourse (IPO). Jeudi, l'action clôturait en perte de 4,44% à 25,80 dollars à Wall Street.

Certes, ces prix sont alignés avec les prévisions initiales de la start-up d'assurance automobile, qui a levé environ 724 millions de dollars lors de son IPO. Elle prévoyait initialement que son offre de 24,2 millions d'actions se situerait entre 22 et 25 dollars par action, et visait une valorisation d'environ 6,25 milliards de dollars, dans cette opération menée par Goldman Sachs, Morgan Stanley, Barclays et Wells Fargo Securities.

Appétence pour les valeurs tech

Mais Root s’attendait à un accueil plus enthousiaste de Wall Street. Cinq ans après son lancement dans l’Ohio, l’assurtech de 800 employés est spécialisée dans le système très en vogue du «pay-as-you-drive», la tarification liée au mode de comportement du conducteur. 

En fournissant une assurance via des applications mobiles, elle est aussi sur le marché des produits financiers en ligne, perçu comme porteur en raison de la pandémie de Covid-19, qui pousse les consommateurs à privilégier les services numériques.

D’autant que les marchés ont une appétence pour les valeurs technologiques, devenues de facto des valeurs refuge, le secteur montrant une certaine résilience face à la pandémie – l’indice du Nasdaq a gagné environ 26% cette année.

Instabilité des marchés

Seulement, Root fait ses débuts en Bourse avec, en toile de fond, le S&P 500 et le Dow Jones qui atteignent leurs plus bas niveaux depuis fin septembre, alors que les cas de coronavirus ont rebondi brutalement dans le monde, et que les craintes face à une élection présidentielle américaine potentiellement contestée agite les marchés financiers.

IPO remarquées 

Plus tôt dans l’année, le contexte était plus favorable pour le courtier d’assurances en ligne GoHealth et le site de comparaison de polices d’assurances SelectQuote, qui avaient tous deux fait une entrée remarquée sur le marché. En mai dernier, SelectQuote avait ainsi levé 570 millions de dollars lors de son IPO. De même pour l’assurtech Lemonade, qui a vu son cours bondir de plus de 70% depuis son arrivée en bourse début juillet.

«Il y aura du bruit à court terme avec le Covid – et moins de conducteurs de véhicules – mais je pense que cela va se normaliser», a indiqué à Reuters Alexander Timm, CEO et cofondateur de Root. «Vous allez voir des changements dans les parts de marché (dans l’industrie de l’assurance automobile) avec l’arrivée de concurrents qui ont des technologies modernes», a ajouté Alexander Timm.

Lufax fait son entrée vendredi

De fait, ce vendredi, c’est Lufax, place de marché financière en ligne soutenue par le géant de l’assurance chinois Ping An, qui fera sa très attendue IPO sur le marché américain. Elle compte lever 2,36 milliards de dollars à cette occasion, et a arrêté de prendre des ordres mercredi, un jour plus tôt que prévu, ses commandes étant sursouscrites, selon une source proche citée par l’agence Bloomberg.

Mais sa valorisation future est déjà revue à la baisse : elle est de l’ordre de 33 milliards de dollars, selon son prospectus déposé auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur financier américain. Soit en-deçà de la valorisation de 38 milliards qu’elle affichait en 2018, lors de son dernier tour de table – en partie parce qu’elle a dû revoir son modèle économique sous la pression des autorités chinoises l’an dernier, mais aussi au vu de la situation incertaine des marchés boursiers.

Le contexte mouvementé est-il devenu moins porteur, même pour les assurtech ? SelectQuote a vu son cours baisser de plus de 12% en un mois. Celui de GoHealth a chuté de 23,48% sur la même période. Et la star Lemonade a accusé un repli de 30,65% sur les trois derniers mois.

Sur le même sujet

A lire aussi