La BRI et la Banque nationale suisse pavent la voie vers une monnaie digitale

le 28/10/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’institution et la banque centrale helvète réfléchissent à tester une monnaie digitale de banque centrale d'ici la fin de l'année.

Siège de la Banque nationale suisse (BNS) à Zürich.
Siège de la Banque nationale suisse (BNS) à Zürich.
(Photo BNS.)

La Banque des règlements internationaux (BRI) veut passer à l’action. L’institution et la Banque nationale suisse (BNS) réfléchissent à tester une monnaie digitale de banque centrale (MDBC) d'ici la fin de l'année. «Nous prévoyons de publier notre premier PoC (proof of concept) de banque centrale suisse pour les opérations de gros», a déclaré dimanche Benoît Cœuré, responsable du pôle innovation de la BRI, au sommet du Bund de Shanghai. Une MDBC de gros serait accessible aux seuls intermédiaires financiers et serait moins coûteuse, alors qu’une MDBC de détail, que développent certaines banques centrales comme celles de Lituanie ou de Suède, viserait les particuliers.

«A l'avenir, nous prévoyons de nous appuyer sur l'expérience des banques centrales en matière de paiement transfrontalier, notamment avec l'Autorité monétaire de Hong Kong, la Banque de Thaïlande, l'Autorité monétaire de Singapour et la Banque nationale suisse», a déclaré Benoit Cœuré. A l’heure actuelle, le centre d'innovation de la BRI mène des expérimentations à Singapour, en Suisse et dans la région administrative spéciale de Hong Kong en Chine, et devrait bientôt mener des travaux à Francfort, Paris, Londres, Stockholm et Toronto.

Des solutions pratiques 
plutôt qu'une recherche conceptuelle

Le travail entre la BRI et la banque centrale de suisse devrait permettre d’ouvrir «la voie» pour les expérimentations des autres banques centrales. «Ce travail technique complexe est avant tout orienté vers des solutions pratiques, plutôt que vers la recherche conceptuelle de ces dernières années», a-t-il déclaré. Mi-octobre, sept banques centrales - dont la Banque d’Angleterre ou encore celle du Japon - et la BRI ont publié un rapport qui définit notamment les contours d’une MDBC.

Selon ce rapport, une banque centrale «ne doit pas compromettre» les objectifs de stabilité monétaire et financière en émettant une MDBC. Celle-ci devrait «coexister» avec et «compléter» le paiement en argent liquide. Enfin, les caractéristiques d’une telle monnaie doivent promouvoir «l'innovation et l’efficacité». Lors de son discours, Benoit Coeuré est revenu sur les points clés de ce rapport, déclarant qu'une MDBC ne serait ni une «révolution», ni la solution à de grands problèmes de société mais plutôt une autre forme d'argent dans un écosystème de paiement diversifié.

A lire aussi