Les fondateurs de Quantalys lancent une «fintech de gestion privée»

le 01/10/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Investisseur Privé tentera de réunir tous les services de gestion financière - un peu comme un robo-advisor - et patrimoniale en un seul site internet.

Robo-advisors
Les systèmes développés et la base d’OPCVM actifs devraient permettre de battre les robo-advisors s’appuyant sur des ETF.
(Fotolia)

Deux cofondateurs de la société de données et d’analyse Quantalys, Jean-Paul Raymond et Vincent Weil, ont investi majoritairement pour lancer le 11 octobre la plate-forme de conseil et de distribution Investisseur Privé, indépendamment de Quantalys qui investit marginalement dans ce projet. L’idée : réunir en un seul site tous les services liés à la gestion financière et patrimoniale. Cette plate-forme en ligne offre en premier lieu tous les produits d’épargne possibles : assurance vie en gestion pilotée (cinq profils disponibles) ou libre avec l’appui des données Quantalys, en partenariat avec Generali ; comptes-titres ou PEA en partenariat avec Bourse Direct ; solutions de diversification, d’investissement immobilier, d’épargne salariale (PEE) voire de trésorerie d’entreprise ; audits patrimoniaux et bilans retraites, ainsi que conseils juridiques, fiscaux ou patrimoniaux.

Elle propose aussi nombre d’outils d’analyse pour comprendre le client et l’accompagner : agrégation des comptes avec Budget Insight pour permettre une vision globale de son patrimoine ; simulateurs (épargne, projet, retraite, fiscalité, succession) permettant d’optimiser ses portefeuilles, même provenant d’autres offres ; tableaux de bord, reporting périodique, communications simplifiées et/ou personnalisées aux moments importants pour sa gestion patrimoniale, etc. «Nous avons autant travaillé pour que le client novice puisse avoir les messages importants via une démarche simple et une vision globale, et pour que le client sophistiqué puisse avoir une analyse approfondie de ses actifs, performances, possibilités d’amélioration, etc.», expliquent Nicolas Cagi-Nicolau et Grégoire Moisson, directeurs généraux d’Investisseur Privé. Les systèmes ont en partie été pré-développés chez Quantalys, et une grosse plus-value réside dans le lien avec ses bases de données pour la sélection des meilleurs OPCVM actifs, ce qui doit a priori permettre de battre les robo-advisors s’appuyant sur des ETF.

La plate-forme se rémunérera via les abonnements au service «premium», sa part des frais de gestion sur les assurances vie en mandat et des rétrocessions sur les fonds distribués par son intermédiaire sur la base de leurs performances Quantalys et de leur cohérence avec les résultats de ses algorithmes de conseil. Elle a récemment levé 1,7 million d’euros auprès d’investisseurs particuliers.

Sur le même sujet

A lire aussi