Les Etats-Unis ont créé plus d’emplois que prévu en novembre

le 02/12/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Le taux de chômage est resté stable par rapport au mois d'octobre, à 3,7%. Les marchés ont brusquement plongé dans le rouge.

Le BLS a comptabilisé 235.000 créations d’emplois en août aux Etats-Unis.
Les analystes anticipaient 200.000 créations de postes en novembre.
(Bloomberg)

Les Etats-Unis ont créé 263.000 emplois nets en novembre, a annoncé vendredi le département du Travail, reflétant un marché de l'emploi toujours dynamique malgré la persistance d'une inflation élevée et la remontée des taux d'intérêt.

Le taux de chômage est de son côté resté stable à 3,7%, conformément aux attentes. Les économistes interrogés par le Wall Street Journal anticipaient 200.000 créations de postes le mois dernier. Le chiffre du mois d'octobre a été révisé à 284.000, contre 261.000 initialement annoncé.

Ces nouvelles données ne marquent pas la décélération attendue et dépassent le rythme mensuel d'un peu plus de 260.000 créations d'emplois observées depuis le mois d'août. L'économie américaine continue de créer des emplois malgré une détérioration de la confiance des ménages et des indicateurs conjoncturels, comme l'indice ISM manufacturier, qui pointent désormais une contraction de l'activité.

En réaction à ces chiffres, les Bourses européennes ont subitement chuté vendredi en début d'après-midi. L'Euro stoxx 50 et le CAC 40 ont finalement clôturé la séance en repli de 0,17% et le Dax a gagné 0,27%. A Wall Street, le S&P 500 abandonnait 0,4% vers 17h45 et le Nasdaq Composite reculait de 0,8%.

Signes avant-coureurs de récession

Le rapport sur l'emploi non agricole de novembre était particulièrement attendu alors que les signes avant-coureurs de récession se multiplient outre-Atlantique sous l'effet de la remontée des taux d'intérêt décidée par la Réserve fédérale (Fed) pour vaincre l'inflation.

Dans un discours prononcé cette semaine, le président de la banque centrale américaine, Jerome Powell, a réaffirmé que la stabilisation des prix nécessiterait de freiner la demande et le marché du travail. Il a toutefois jugé «très plausible» l'hypothèse d'un atterrissage en douceur de l'économie américaine, qui verrait le taux de chômage augmenter sans toutefois plonger le pays en récession.

Après quatre relèvements de taux d'ampleur exceptionnelle depuis cet été, la Fed envisage de poursuivre sa politique de resserrement à un rythme plus conventionnel pour éviter un choc trop brutal pour l'économie. Mercredi, Jerome Powell a confirmé qu'il envisageait une hausse des taux directeurs de 50 points de base lors de la réunion de politique monétaire prévue à la mi-décembre.

Parmi les signes récents de refroidissement du marché du travail américain, ADP et Moody's Analytics ont fait état cette semaine de 127.000 créations de postes en novembre dans le secteur privé, un point bas depuis le mois de janvier 2021. Le nombre d'offres d'emplois non pourvues se maintenait toutefois au-dessus des 10 millions à la fin du mois d'octobre, selon le département du Travail. Et malgré les annonces de plans sociaux dans de nombreuses entreprises, notamment dans le secteur technologique, les licenciements se sont maintenus à un niveau historiquement bas de 1,39 million en octobre. Ce chiffre n'était jamais descendu en-dessous de 1,59 million par mois au cours des 20 ans qui ont précédé le début de la pandémie de Covid-19.

Sur le même sujet

A lire aussi