La crise énergétique s’étend aux régies municipales outre-Rhin

le 23/09/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le gouvernement fédéral a entamé des discussions avec les Länder en vue de préserver ces acteurs indispensables au fonctionnement des services publics.

fournisseur d’électricité régie municipale
900 fournisseurs régionaux et régies municipales (Stadtwerke) approvisionnent les consommateurs finaux en électricité, en gaz, en eau chaude ou en chauffage.
((RK))

Après avoir renfloué plusieurs grandes ‘utilities’, l’Allemagne devra encore mettre la main à la poche pour venir en aide à des acteurs moins connus mais indispensables au fonctionnement de l’ensemble des services publics du pays. Il s’agit des 900 fournisseurs régionaux et régies municipales (Stadtwerke) qui approvisionnent les consommateurs finaux en électricité, en gaz, en eau chaude ou en chauffage. En tant que dernier maillon de la chaîne des entreprises en charge de fournir de l’énergie aux PME et aux ménages, ces intervenants distribuent les deux tiers des volumes de gaz consommés outre-Rhin. Leur mission s’étend dans certains cas à la collecte et au traitement des déchets ainsi qu’aux transports publics.

«Nous avons besoin d’un soutien urgent pour assurer la liquidité des régies municipales qui sont désormais contraintes de se fournir en gaz à un prix multiplié par dix par rapport au niveau habituel, avant de pouvoir le revendre», a déclaré jeudi à Reuters Ingbert Liebing, directeur général de la Fédération allemande des régies municipales (VKU), ajoutant que l’accès au financement bancaire était parfois devenu impossible. Contrairement aux grands intervenants du secteur énergétique, ces entités peinent à avoir accès au fonds de 100 milliards d’euros mis en place par la banque publique KfW.

En plus des cautions financières qu’elles sont de plus en plus souvent amenées à fournir pour sécuriser leur activité, les régies sont confrontées à une explosion des défauts de paiement de la part des usagers. «Le taux de défaut est passé de moins de 1% en temps normal à plus de 10% dans certains cas, ce qui réduit alors à néant les bénéfices», a souligné le dirigeant. Le ministère allemand de l’Economie a indiqué à l’agence de presse que des discussions avaient débuté entre Berlin et les Länder mais qu’aucune décision n’avait été prise à ce stade.

Les montants en jeu atteindront plusieurs dizaines de milliards d’euros, estime Ingbert Liebing pour lequel «le plus important est que l’Etat fédéral reconnaisse la nécessité d’agir». Les besoins de financement des ‘utilities’ locales pourraient ainsi dépasser les 29 milliards d’euros consacrés au sauvetage d’Uniper. La participation des Länder à ce nouveau programme de sauvetage semble néanmoins acquise. En Rhénanie-Westphalie, respectivement 67% de la fourniture de gaz et 62% de celle du courant émanent des régies municipales. Ces dernières doivent donc impérativement préserver leur capacité d’action.

Sur le même sujet

A lire aussi