Le numéro deux de la BCE craint une nouvelle correction des marchés

le 16/09/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les ventes forcées de certains fonds d’investissement pourraient se déclencher et accentuer les mouvements de baisse.

«Le large soutien politique pourrait progressivement passer d’une large base à un plus grand ciblage», a rappelé le vice-président de la BCE, Luis de Guindos
Luis de Guindos, vice-président de la Banque centrale européenne
(Aron Urb [CC BY 2.0])

Le vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), Luis de Guindos, a mis les marchés financiers de la zone euro en garde jeudi contre un risque de correction liée à des perspectives économiques de plus en plus sombres et au durcissement des conditions financières. Si les marchés, notamment d'actions et d'obligations, ont déjà subi une correction au premier semestre, «certains segments intègrent toujours un recul rapide de l'inflation et un léger ralentissement de la croissance, une évaluation qui pourrait s'avérer trop optimiste», a indiqué le banquier central, selon le texte d'un discours prononcé lors d'une conférence à Lisbonne. En outre, «les investisseurs ne s'attendent pas à ce que le ralentissement de la croissance affecte de manière significative la solvabilité ou la rentabilité des entreprises» et anticipent toujours pour les 12 prochains mois une croissance des bénéfices ainsi qu'une hausse très modérée des taux de défaillance des entreprises notées en catégorie spéculative.

Sur le même sujet

A lire aussi