Les Bourses mondiales rebondissent fortement

le 24/06/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

La hausse des taux
(AdobeStock.)

Les places boursières européennes terminent la semaine en forte hausse dans le sillage de Wall Street rassuré par des indicateurs économiques vendredi  et la baisse des anticipations de taux de la Fed.

Alors que l’indice S&P 500 progressait de 2,4% et le Nasdaq de 2,2%, l’indice Euro Stoxx 50 a clôturé en hausse de 2,9%, avec un gain hebdomadaire de 2,7%, ce qui en fait sa première semaine positive depuis début juin. A Paris, l’indice CAC 40 bondit de 3,3% (3,3% sur la semaine), et repasse au-dessus de 6.000 points, à 6.073,35 points. A Francfort, l’indice Dax ne gagne que 1,6% (très légèrement négatif sur la semaine), les valeurs allemandes étant affectées par le risque de pénurie de gaz.

Cette semaine, les investisseurs se sont rués sur les marchés de taux, faisant nettement reculer les rendements des emprunts d’Etat qui avaient récemment atteint des plus haut depuis 2018 aux Etats-Unis et 2014 en Europe. Le rendement du T-Note 10 ans recule à 3,11%, celui du Bund à 1,435% (-40 points de base depuis les plus haut).

Un pic des taux attendu à 3,4% au lieu de 4%

Le discours prudent de Jerome Powell, le président de la Fed, cette semaine, qui a évoqué la possibilité d’une récession, a provoqué une forte baisse des anticipations sur les taux directeurs aux Etats-Unis, alors que les investisseurs pensent désormais que la Fed devra rapidement arrêter son resserrement monétaire en cas de récession. Selon le baromètre FedWatch de CME, le pic des taux américains est désormais attendu autour de 3,4% en mars prochain, alors qu'il était un peu supérieur à 4% pour juin 2023 il y a quelques jours.

Vendredi, l’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan a été confirmé à un plus bas mais les anticipations des consommateurs sur l’inflation de moyen terme ont finalement été revues à 3,1%, soit moins qu’attendu lors de la première estimation. Une bonne nouvelle pour les investisseurs de même que la hausse inattendue des ventes de logements neufs aux Etats-Unis.

A lire aussi