L’Autriche rejoint les rangs des émetteurs verts

le 24/05/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

L’Autriche rejoint les rangs des émetteurs verts
(Crédit Thinkstock.)

L’Autriche, avant la France dans les prochains jours, vient réveiller le marché des obligations vertes souveraines. Le pays a émis 4 milliards d’euros de ces titres ce mardi. Il vient ainsi grossir les rangs des émetteurs green de la zone euro, aux côtés notamment de l’Allemagne, de l’Italie ou de l’Espagne.

L’Autriche, dont le programme vert porte sur 5 milliards d’euros de financements chaque année sur deux ans, a émis une première obligation verte échéance 2049 (maturité 27 ans), selon les données de Bloomberg. Cette émission inaugurale a rencontré un franc succès avec 25 milliards d’euros de demandes de la part des investisseurs. Le pays prévoit d’émettre sur des maturités allant de 8 ans à 20 ans mais aussi sur des titres court terme (20% des émissions), contrairement aux autres émetteurs de la zone euro.

Avec cette opération, les émissions de green bonds souverains en zone euro atteignent près de 13 milliards d’euros depuis le début de l’année. Ce montant est en net retrait par rapport aux 27 milliards d’euros émis au même moment l’an dernier. Ce retard s’explique par le nombre important de nouveaux entrants sur ce marché en 2021, notent les stratégistes d’ING, avec notamment une émission de 8,5 milliards à 20 ans de l’Italie.

Prime en baisse

Les conditions d’accès au marché ont également nettement changé depuis l’an dernier. Les taux ont augmenté tandis que la prime verte (greenium) semble avoir diminué voire disparu. L’émission de l’Autriche a été placée sur la base d’un rendement de 1,876% (coupon de 1,85%) avec un spread de 22 points de base (pb) au-dessus des midswaps et 71,3 pb au-dessus de l’emprunt de référence (dette allemande). Le rendement de l’emprunt autrichien à 30 ans s’élève à 1,78%. «L’Autriche arrive sur un marché déjà mature pour les obligations vertes souveraines », constatent les stratégistes d’ING qui relèvent que la hausse de la volatilité des taux depuis le début de l’année a entraîné une plus grande volatilité du greenium.

A lire aussi