Le nouveau variant réveille le cauchemar de 2020

le 26/11/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Les investisseurs se détournent des actions
(Image : Gerd Altmann/Pixabay)

Les marchés actions européens ont connu un véritable vendredi noir. La découverte d'un nouveau variant du Covid-19 en Afrique du Sud, encore plus contagieux que le Delta, a ravivé les craintes d'une reprise encore plus forte de la pandémie, alors que plusieurs pays, notamment européens, sont déjà aux prises avec une nouvelle flambée des cas. La Belgique, où le premier cas européen de ce nouveau variant dit B.1.1.529 a été découvert, a par exemple annoncé vendredi après-midi de nouvelles restrictions.

Selon les scientifiques sud-africains qui ont découvert ce variant B.1.1.529, qui présente de nombreuses mutations, il pourrait être très contagieux et pourrait résister aux vaccins existants. Des cas ont été détectés en Afrique du Sud, au Botswana et à Hong Kong, sur une personne revenant d'Afrique du Sud. Et donc en Belgique.

« Tout le monde semble paniquer à cause de ce nouveau variant qui apparaît en Afrique du Sud », commente Rob Carnell, responsable de la recherche et chef économiste pour la région Asie-Pacifique chez ING, tout en rappelant que la dangerosité de cette nouvelle souche n'est pas confirmée à ce stade et qu'en raison des célébrations de Thanksgiving aux Etats-Unis, les volumes d'échanges sont restreints et les mouvements sur les marchés exacerbés.

« La détection de cette souche vient s'ajouter aux préoccupations concernant l'inflation élevée et la perspective d'une sortie plus rapide des paramètres monétaires ultra-libres », ajoute Mirabaud Equity Research.

Chute violente sous les 7.000 points pour le CAC 40

Ce mouvement de panique, amplifié par la faiblesse des volumes, rappelle mars 2020, alors que la plupart des indices ont récemment atteint des records historiques laissant peu de marge pour de mauvaises nouvelles.

Wall Street, où la journée est écourtée (clôture à 19 heures, heure de Paris) pour le week-end de Thanksgiving, corrige dans le sillage des marchés européens, dans de faibles volumes. L’indice S&P 500 accentue même son repli à 2,2%. L’indice Nasdaq perd 2%. Les valeurs moyennes sont les plus touchées par les prises de bénéfices, l’indice Russell 2000 chutant de 4,9%.

Les marchés européens ont accentué leurs pertes à la veille du week-end. L’indice Euro Stoxx 50 chute de 4,7%. A Francfort, le Dax 40 abandonne 4,2%. La baisse est plus marquée à Paris, où l’indice CAC 40 cède 4,75%, et retombe sous les 7.000 points. La Bourse de Madrid est encore plus dans le rouge, l’indice Ibex dégringolant de 5%, affecté notamment par le secteur touristique.

Sur les marchés de taux, la fuite des investisseurs vers la qualité entraîne une forte détente des rendements. Ils reculent de 7 points de base (pb) partout en Europe ramenant le Bund 10 ans à -0,33%. L’OAT 10 ans baisse à 0,04% et les rendements de même maturité en Espagne et en Italie à 0,44% et 0,97% respectivement.

Envolée de la volatilité

Ce mouvement de baisse est accompagné d’un net rebond de la volatilité. L’indice Vix, de volatilité de l’indice S&P 500 bondit de moitié à 28%, à l’image du VStoxx en Europe.

Ce matin, les places asiatiques ont également chuté. A Tokyo, l’indice Nikkei 225 recule de 2,5%. Le Topix cède 2%. L’indice Hang Seng abandonne 2,6% à Hong-Kong tandis que la Bourse de Séoul perd 1,5%. Les marchés d’actions de Chine continentale limitent la casse. L’indice Shenzhen Composite baisse de 0,3% tandis que la Bourse de Shanghaï perd 0,5%.

Les laboratoires mobilisés

Le laboratoire allemand BioNTech, allié à Pfizer, attend « au plus tard dans deux semaines » de premiers résultats d'études qui permettront de déterminer si le nouveau variant détecté en Afrique du Sud est capable d'échapper à la protection vaccinale, a indiqué une porte-parole.

« Nous avons immédiatement lancé des études sur le variant B.1.1.529 » qui « diffère clairement des variants déjà connus car il présente des mutations supplémentaires sur la protéine spike », caractéristique du virus SARS-Cov-2, a expliqué la porte-parole à l'AFP. « Pfizer et BioNTech se sont préparés il y a plusieurs mois à ajuster leur vaccin en moins de six semaines et à livrer les premières doses en 100 jours » si un variant s'avérait résistant.

« Si on nous annonce que les vaccins sont efficaces contre [ce nouveau variant], les marchés repartiront à la hausse », ajoute Adam Webb, directeur des investissements de Blue Creek Capital Management. « Si les vaccins ne sont pas efficaces, alors advienne que pourra », avertit-il.

Le tourisme et le luxe touchés de plein fouet

La Commission européenne a annoncé vendredi proposer de suspendre les vols en provenance de la région d'Afrique australe en raison de la découverte d'un nouveau variant du Covid-19, a annoncé vendredi sa présidente Ursula von der Leyen. L'Allemagne a déjà indiqué qu'elle allait refuser les voyageurs étrangers en provenance d'Afrique du Sud, au lendemain d'une décision similaire de la part de Londres.

Elle n'a pas précisé combien de pays du sud de l'Afrique étaient concernés. L'exécutif européen doit faire une proposition aux représentants des Etats membres lors d'une réunion prévue ce vendredi. Ce sera ensuite au Conseil d'adopter une telle recommandation.

Le Maroc a également annoncé l'interruption de ses vols vers et en provenance de la France en raison de la remontée des cas d'infection dans l'Hexagone.

Les secteurs liés au tourisme, aux transports et au luxe sont les plus touchés. En début de séance, l'action LVMH, première capitalisation du CAC 40, a perdu jusqu'à 12%, avant de finir en baisse de 5,81%. Air France-KLM chute de 9,67%. L'indice européen Stoxx des loisirs a chuté de 8,7%, sa pire séance depuis mars 2020.

Sur le même sujet

A lire aussi