Antin défie la malédiction des introductions en Bourse à Paris

le 24/09/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Même si l'action du fonds flambe, toutes les IPO menées cette année avant lui sont dans le rouge, preuve de la méfiance des investisseurs pour ce type d'opérations.

Les gérants font le plein en actions.
Hormis les Spac, toutes les IPO menées cette année sur le marché réglementé d’Euronext Paris, sont perdantes.
(AdobeStock)

C'est l'exception qui confirme la triste règle. Le cours de l'Antin Infrastructure Partners s'envole de 26% ce vendredi à la Bourse de Paris, pour le premier jour de cotation du fonds d'infrastructure français. Cette réussite, liée à la spécificité d'Antin IP, dénote alors que depuis le début de l'année toues les introductions en Bourse menées à Paris ont connu des débuts difficiles.

Jeudi, Exclusive Networks était venu confirmer cette série noire. Annoncée comme la plus grosse introduction à la Bourse de Paris de l'année, devant celles de Believe et d'Aramis en juin dernier, Exclusive Networks a finalement connu le même triste sort que ces deux prédécesseurs.

L’action du distributeur de solutions de cybersécurité, un domaine pourtant particulièrement recherché par les investisseurs si l’on en croit la multitude de fusions-acquisitions ces derniers mois, a chuté de 5% jeudi, malgré un prix d’offre fixé en bas de fourchette. Le groupe, propriété du fonds Permira depuis 2018, capitalise 1,65 milliard d’euros, bien moins que les 2 milliards d’euros qu’il pouvait espérer au moment du lancement de son offre.

A la décharge d’Exclusive Networks, cette semaine n’était probablement pas la meilleure pour entrer en Bourse. Les craintes sur le risque de défaut du groupe d’immobilier chinois Evergrande ont provoqué un pic de volatilité, ce qui n’est jamais bon pour une introduction en Bourse (IPO). Abreuvés d’IPO depuis la rentrée, les investisseurs peuvent aussi faire les fines bouches. Des opérations ont eu du mal à se placer récemment ailleurs en Europe, et certaines ont été décalées comme Babbel Group à Francfort.

Méfiance sur les valorisations

Mais comment expliquer que toutes les IPO menées cette année sur le marché réglementé d’Euronext Paris, hors celles des sociétés chèques en blanc (Spac), ont débuté dans le rouge. Seule HDF a progressé pour sa première cotation, mais le groupe d’hydrogène perd depuis plus de 6%.

« Il y a une malédiction », grince un banquier avant d’apporter un premier élément d’explication : « les investisseurs français ont une forme de méfiance pour les IPO de sociétés de technologies, en raison de leur valorisation parfois complexe à appréhender ». Believe, Aramis et Exclusive Networks sont toutes les trois entrées en Bourse au plus bas de la fourchette de prix indicative.

Les échecs des opérations Believe et Aramis en juin n’ont pas aidé à renforcer la confiance des investisseurs, qui ont parfois le sentiment de se faire forcer la main par la multitude de banquiers mobilisés sur ce type d’opération. Dans le cas d’Exclusive Networks, cinq banques travaillaient sur le dossier (JPMorgan et Morgan Stanley en coordinateurs, avec BNP Paribas, Citigroup et la Société Générale en teneurs de livre associés) en plus de Lazard comme conseil de la société. Pour Believe, elles étaient sept (Citi, JPMorgan, la Société Générale, BNP Paribas, Goldman Sachs, HSBC et UBS) avec Rothschild & Co.

Surtout, «on a expliqué aux investisseurs que les opérations Believe et Aramis étaient emblématiques et fondamentales pour l’attractivité de la Bourse de Paris… ils ont vu le résultat», glisse ce spécialiste des introductions en Bourse.

Echaudés, les investisseurs institutionnels français ont donc tendance à passer de petits ordres sur ces opérations et n’ont pas nécessairement envie de se mobiliser sur le marché secondaire, une fois que l’action est cotée, pour venir en soutien du cours de Bourse. Les investisseurs institutionnels étrangers ne se battent pas non plus pour ce type de dossiers dont la taille, relativement modeste à l’échelle internationale, n’en fait pas des valeurs incontournables, à la différence par exemple d’un Universal Music Group, leader mondial et valorisé plus de 40 milliards d’euros. Rien à voir avec les quelque 2 milliards de Believe.

Résultat, les hedge funds, qui aiment participer à ce type d’opérations mais qui n’hésitent pas à sortir en quelques minutes d’un dossier s’ils voient qu’il débute mal, dictent leur loi.

OVHcloud brisera-t-il la malédiction ?

L’histoire différente proposée par Antin Infrastructure Partners, le fonds d’infrastructure qui doit faire ses premiers pas ce vendredi sur Euronext Paris, pourrait lui permettre d’échapper à la malédiction. Le prix d’introduction de ses actions a été fixé jeudi tout en haut de la fourchette.

En revanche, le vrai test sera l’IPO d’OVHcloud, l’une des grandes stars de la French Tech mais dont le profil alternatif par rapport à ses immenses concurrents américains pourrait refroidir certains investisseurs. L’opération a été lancée en début de semaine. La fourchette de prix sera dévoilée dans les prochains jours, pour une valorisation estimée autour de 4 milliards d’euros, proche de celle d’Antin. Une réussite viendrait briser la malédiction. Des débuts poussifs risqueraient de glacer définitivement le marché pour le plus grand bonheur des fonds de private equity qui, avec des ressources inépuisables et des contraintes réglementaires moindres par rapport aux marchés publics, ont fait main basse ces dernières années sur les plus belles entreprises françaises.

Sur le même sujet

A lire aussi