Les groupes européens gèrent mieux les retards de paiement

le 16/06/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Près d’une entreprise sur deux reconnaît que les aides gouvernementales lui ont permis d’éviter des problèmes de liquidité durant la pandémie.

délais de paiement
La crise du Covid a conduit les fournisseurs à être moins exigeants envers leurs clients en matière de délais de paiement.
(Image par Lucia Grzeskiewicz de Pixabay)

La crise sanitaire a accéléré la prise de conscience des entreprises sur les risques découlant des retards de paiement, montre l’édition 2021 du rapport annuel (European Payment Report) publié ce mercredi par Intrum. Ce rapport provient d’une enquête menée par le spécialiste suédois du recouvrement des créances entre le 26 janvier et le 16 avril dans 29 pays européens. L’échantillon est établi à partir des réponses de 11.187 entreprises de toutes tailles réparties dans 11 secteurs d’activité, dont 609 sociétés pour la France.

En moyenne, 59% des dirigeants européens interrogés ont décidé d’adopter une approche moins attentiste en vue d’atténuer le risque de retard de paiement pour leur entreprise. Cette proportion atteint 60% dans l’Hexagone et elle culmine à 67% pour les PME françaises. Au cours des 12 derniers mois, le délai de paiement effectif moyen en Europe est passé de 15 à 10 jours pour les clients gouvernementaux des répondants et de 14 à 11 jours pour leur clientèle d’entreprises, alors qu’il a légèrement augmenté pour les consommateurs (B2C) en passant de 7 à 9 jours. En France, les délais de paiement effectifs interentreprises sont tombés de 65 à 62 jours sur la période.

Soutien des grandes entreprises
aux PME

«Alors qu’elles auraient dû être touchées de plein fouet par la fermeture des économies, les entreprises européennes ont globalement pu s’appuyer sur les aides gouvernementales pour éviter des problèmes de liquidité depuis 18 mois», commente pour L’Agefi Jean-Luc Ferraton, directeur général d’Intrum en France. Près d’une entreprise sur deux (49% en Europe et 48% en France) reconnaît ainsi avoir eu de la chance de survivre à l’impact du Covid-19 sur ses revenus et sa trésorerie en 2020.

«La pandémie a conduit les fournisseurs à être moins exigeants envers leurs clients en matière de délais de paiement dans un souci de responsabilité collective», souligne Jean-Luc Ferraton. Plus de la moitié (51%) des grandes entreprises françaises interrogées, contre 40% en 2020, ont accepté de rallonger leurs délais de paiement auprès des PME. En Europe, seulement 46% d’entre elles ont fait preuve d’une telle mansuétude cette année. «Pour des raisons d’ordre culturel, la France et les pays d’Europe du Sud ont traditionnellement des délais de paiement plus longs qu’en Europe du Nord», rappelle Jean-Luc Ferraton.

«L’évolution de la réglementation favorise cependant l’adoption de meilleures pratiques pour éviter une sanction pécuniaire ou réputationnelle», ajoute celui-ci. Les PME sont davantage touchées par les retards de paiement «car elles disposent de réserves moins importantes et dépendent de flux réguliers contrairement aux grandes entreprises», souligne le rapport, ajoutant que 40% des PME françaises interrogées considèrent que ces retards constituent un frein à l’embauche de nouveaux salariés.  

Une normalisation de l’activité
attendue d’ici à deux ans

A l’échelle européenne, 37% des chefs d’entreprise pensent que la crise n’aura plus d’impact négatif sur leur activité d’ici un an et 34% prévoient une normalisation dans un délai maximal de deux ans. Leurs homologues français partagent cette opinion à hauteur de respectivement 36% et 35%. Mais 62% des entreprises européennes et 64% des sociétés françaises déclarent être plus inquiètes que jamais par la capacité de leurs clients débiteurs à les payer à temps.

Pour faire face à ce défi, respectivement 28% et 30% d’entre elles estiment que la réduction générale des coûts représente «une forte priorité». L’amélioration de la gestion de la dette est également considérée comme une initiative stratégique prioritaire par 26% des groupes européens et 25% des dirigeants français interrogés. Pour 70% des répondants européens, une accélération des paiements de leurs clients permettrait aussi à leur entreprise d’améliorer son écoresponsabilité.

Sur le même sujet

A lire aussi