Le patron de Tesla fait volte-face sur le bitcoin

le 14/05/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Invoquant des préoccupations environnementales, Elon Musk a indiqué que son groupe n’accepterait plus les paiements effectués avec cette cryptomonnaie.

Elon Musk, PDG de Tesla
(Bloomberg)

Le revirement du patron de Tesla concernant l’utilisation du bitcoin prouve qu’il n’avait sans doute pas suffisamment réfléchi aux problèmes posés par les cryptomonnaies. Quelques mois après l’avoir accepté comme moyen de paiement, Elon Musk a déclaré mercredi soir qu’il ne sera plus possible d'acheter un véhicule Tesla en le payant en bitcoins. «Nous sommes préoccupés par l'utilisation croissante des combustibles fossiles pour le minage et les transactions en bitcoins, en particulier le charbon, qui a les pires émissions de tous les combustibles», a expliqué le dirigeant. «A de nombreux égards, la cryptomonnaie est une très bonne idée et nous pensons qu'elle a un avenir prometteur, mais cela ne peut pas se faire à un coût élevé pour l'environnement», a-t-il poursuivi.

Le fondateur de Tesla a précisé que le constructeur automobile ne vendrait pas les bitcoins en sa possession et que le groupe les utiliserait à nouveau «dès que le minage passera à une énergie plus durable». L'utilisation du bitcoin pour acheter des véhicules électriques de Tesla avait mis en lumière une dichotomie entre la réputation d'Elon Musk en tant qu'écologiste et l'utilisation de sa popularité en tant qu’homme d’affaires pour soutenir les cryptomonnaies. Tesla avait acheté pour 1,5 milliard de dollars (1,24 milliard d’euros) de bitcoins début février, après qu'Elon Musk avait signalé son intérêt pour la cryptomonnaie.

La revue scientifique Nature a publié en avril un rapport montrant que les mines de bitcoins chinoises, qui alimentent près de 80 % du commerce mondial de cryptomonnaies, pourraient compromettre les objectifs climatiques du pays. Si la tendance actuelle perdure, les mines informatiques chinoises produiront 130,5 millions de tonnes d’émissions de dioxyde de carbone d’ici à 2024, soit quasiment la totalité des émissions annuelles de gaz à effet de serre de l’Italie ou de l’Arabie saoudite.

«Les questions environnementales font partie des sujets extrêmement sensibles en ce moment et cette décision de Tesla pourrait servir de sonnette d’alarme aux entreprises et aux consommateurs qui utilisent le bitcoin sans avoir pris en compte son empreinte carbone jusqu’à présent», a commenté Laith Khalaf, analyste chez AJ Bell. L’action Tesla a terminé la séance de jeudi en repli de 3,1% à 571,7 dollars. Le bitcoin a de son côté perdu près de 10% en une journée en s’échangeant à moins de 49.300 dollars. La cryptomonnaie était brièvement tombée jeudi matin à 46.045 dollars, au plus bas depuis le 1er mars.

Sur le même sujet

A lire aussi