Les BFI profitent du début d’année en fanfare des marchés de dette

le 03/04/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après s’être effondrées fin 2014, les commissions sur le primaire obligataire ont bondi de 112% sur trois mois, et de 6% sur un an.

Les BFI profitent du début d’année en fanfare des marchés de dette

Le net rebond des commissions encaissées par les banques d’affaires sur les marchés primaires de dette européens (DCM) tiendra-t-il ? Alors que 2014 avait été marquée par un véritable effondrement de ces revenus au quatrième trimestre, les commissions sur les émissions obligataires ont grimpé de 112% sur trois mois au premier trimestre 2015 pour atteindre 1,56 milliard d’euros, la deuxième meilleure performance depuis avril-juin 2007, selon les statistiques compilées par Dealogic.

Traditionnellement très actifs au premier trimestre, les marchés DCM européens avaient généré 1,74 milliard de commissions l’an dernier. La dégradation des conditions de marché et la volatilité induite par les anticipations de remontée des taux américains avaient néanmoins conduit à un net tassement de la dynamique en fin d’année. Les commissions perçues sur le seul quatrième trimestre avaient alors plongé de 34% sur un an.

L’annonce fin janvier 2015 du lancement d’un programme d’assouplissement quantitatif par la BCE a relancé la machine. Dopées par la baisse des spreads, qui ont attiré des entreprises américaines, les émissions de dette corporate en euros ont totalisé plus de 120 milliards d'euros à la fin mars, soit un tiers de plus qu’au premier trimestre 2014. Malgré cet afflux d’activité, la progression de 6% sur douze mois des commissions sur opérations obligataires traduit néanmoins un environnement réglementaire moins porteur et la concurrence accrue que se livrent les banques d’affaire entre elles. Leader du marché, Deutsche Bank a ainsi vu sa part de marché s’éroder de 0,9 point de pourcentage entre l’exercice 2014 et le premier trimestre 2015.

A lire aussi