Le secteur des courtiers interbancaires est en perte de vitesse

le 30/07/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les revenus de Tullett Prebon ont chuté de 15% au premier trimestre. Le groupe britannique cherche à réduire ses coûts et à rendre son modèle plus flexible

L’environnement réglementaire et de marché continue à peser sur les courtiers interbancaires. Après Icap, c’est au tour de Tullett Prebon, l'un des poids lourds du secteur, de connaître un début d’année 2014 difficile. Les revenus du groupe britannique ont reculé de 15% (à taux de change constants) sur un an au titre du premier semestre clos le 29 juillet pour atteindre 360,3 millions de livres (455 millions d’euros).

Dans un communiqué de presse publié hier, le groupe a annoncé la suppression de près de 10% de ses effectifs, soit 160 emplois en front et 50 en back-office, à la suite de ces mauvais résultats.

Le courtier londonien continue à être affecté par une combinaison de facteurs à la fois structurels et cycliques. L'évolution du cadre réglementaire qui détourne sa clientèle phare, les banques d’investissement, des activités de trading les plus risquées et des transactions de gré à gré en est une illustration. L’autre catalyseur de ce déclin est relatif aux très faibles volumes des transactions interbancaires, dû en partie à l’absence de volatilité sur les taux et les changes. En outre, en raison d’une charge exceptionnelle de 34,3 millions de livres liée à des actions en justice, le bénéfice du groupe avant impôt a chuté de 30% par rapport à 2013.

«Nous avons pour objectif d’atténuer les conditions difficiles du marchés en accroissant la flexibilité de notre modèle opérationnel et en dégageant des économies de coût», a expliqué Terry Smith, le PDG du groupe. D’après les prévisions de Tullett, 35 millions de livres d’économies sur l’exercice en cours devraient être engendrées par le biais de cette stratégie.

Ces mutations doivent s’accompagner d’un repositionnement stratégique dans le courtage électronique et le post-marché, a souligné Terry Smith. Signe de l'évolution du modèle et des besoins des clients dans un nouvel environnement réglementaire, les services post-trade dans le secteur du courtage ont connu une croissance exponentielle depuis plus d'un an.

Ces annonces ont permis à l’action Tullett Prebon de gagner hier jusqu'à 6% en séance, avant de clôturer en hausse de 0,42% à 240 pence. Mais sa baisse atteint 36% depuis le 1er janvier.

A lire aussi