La Caisse des dépôts doit arbitrer ses participations

le 18/03/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Sous contrainte financière, l'institution envisage de s'alléger dans Veolia. En attendant, peut-être, des évolutions chez Icade et Belambra

La Caisse des dépôts doit arbitrer ses participations - Photo : Fotolia

La Caisse des dépôts est prête à s’engager dans la bataille pour SFR afin de favoriser la solution Bouygues. Son directeur général, Jean-Pierre Jouyet, l’a indiqué hier aux Echos alors même que Vivendi a choisi vendredi de négocier avec Numericable.

Patrick Drahi, le patron de la maison-mère du câblo-opérateur, a sauté sur l’occasion pour ironiser sur les investissements malheureux de la CDC dans le «plan câble» français. Sans doute parce qu’au-delà de ses discours offensifs, l’institution de la rue de Lille ne dispose plus aujourd’hui d’une force de frappe illimitée, ce qui l’oblige à arbitrer certaines participations.

La première d’entre elles pourrait être Veolia, dont elle détient 9%. «Nous n’avons pas nécessairement vocation à rester le premier actionnaire», a souligné hier Jean-Pierre Jouyet, en ajoutant que la Caisse «ne dispose que d’un seul administrateur au sein du groupe et ne pèse pas autant qu’elle le pourrait». C’est ainsi que l’institution, alliée au Groupe Dassault et à Groupama, a échoué en février à faire nommer David Azéma, patron de l’Agence des participations de l’Etat, à la place d’Antoine Frérot à la tête du groupe de services aux collectivités.

Au prix de marché actuel, la part de la CDC est valorisée aux alentours de 700 millions d’euros. Le groupe bénéficierait du redressement boursier de Veolia, dont l’action gagne 20% en 2014 et 42% sur un an.

L’année 2014 pourrait voir deux autres participations historiques évoluer. Dans le dossier Icade-Silic, le pacte d’actionnaire noué avec Groupama en 2012 va rentrer dans une nouvelle phase. Associés à 75-25 au sein d’HoldCo, la holding qui détient 52% du capital de la foncière, l’institution publique et l’assureur avaient prévu l’impossibilité pour Groupama de céder ses titres pendant une période de 30 mois à compter du 6 février 2012. A partir d’août, le mutualiste pourra donc demander à son partenaire d'organiser la liquidité de tout ou partie de sa participation, notamment en recevant des actions Icade.

L’autre dossier est Belambra, dont le fonds Caravelle a repris en début d’année la majorité auprès d’ACG Capital. Le numéro un des clubs de vacances en France négocie un rapprochement avec son concurrent Vacanciel. La CDC, aujourd’hui minoritaire (sous 34%) dans l’ex-VVF, devrait avoir moins de poids dans le nouvel ensemble.

A lire aussi