OL Groupe lance une émission obligataire originale pour financer son futur stade

le 08/08/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Sur les 405 millions d'euros nécessaires, 80 millions viendront d'obligations rémunérées uniquement par un paiement en actions

OL Groupe lance une émission obligataire originale pour financer son futur stade

La qualification mardi soir de l’Olympique Lyonnais pour les barrages de la Ligue des champions, dernier obstacle avant l'entrée dans cette lucrative compétition, tombe bien. Le club de football présidé par Jean-Michel Aulas est en pleine période de levée de fonds afin de financer une partie de son futur stade dit des «lumières». Le groupe a lancé le 1er août la souscription à 80 millions d’euros d’obligations subordonnées remboursables en actions nouvelles ou existantes (Osrane). L’offre sera close le 14 août pour une première cotation des titres le 27 août.

Les actionnaires bénéficient d’un droit préférentiel de souscription, à raison de 2 Osrane pour 33 actions. Icmi, le holding de Jean-Michel Aulas, et le groupe Pathé, les deux principaux actionnaires du club avec respectivement 34,17% et 29,87% du capital, se sont engagés à garantir l’intégralité de l’émission au cas où les autres actionnaires ne suivraient pas. L’opération est d’ailleurs essentiellement calibrée pour eux. Les obligations ne portent pas de taux d’intérêt. La rémunération des détenteurs de ces titres sera payée uniquement par la remise d’actions OL Groupe. Les titres arriveront à échéance en 2023 mais plusieurs périodes de remboursement anticipé sont prévues. L’opération est dirigée par SG CIB, avec CM-CIC et CA CIB comme cochefs de file.

Cette émission constitue l’une des quatre briques du financement du stade dont le coût total est estimé à 405 millions d’euros. Elle représentera 60% de l’apport en fonds propres de 135 millions d’euros prévu par OL Groupe. Un financement bancaire de 145 millions d’euros est également budgété. Par ailleurs, les revenus d’exploitation pendant la phase de construction de l’ouvrage, dont un éventuel contrat avec un annonceur qui donnerait son nom au stade et la vente d’espaces fonciers, devraient atteindre 13 millions d’euros. Le solde du financement, soit 112 millions d’euros sera apporté par la Caisse des dépôts (32 millions d’euros) et par Vinci (80 millions), le constructeur du stade de 58.000 places.

Les premiers matchs dans l’enceinte devraient avoir lieu durant la saison 2015-2016, juste avant le championnat d’Europe de Football qu’organisera la France en 2016.

A lire aussi