Le marché high yield européen repart sur les chapeaux de roue

le 16/07/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le compartiment a représenté la moitié des émissions de la semaine écoulée. Plusieurs signatures, souvent issues du LBO, ont fait leurs débuts

Comme si de rien n’était, le marché primaire du high yield européen est reparti de plus belle ces derniers jours. La volatilité et la remontée des spreads, qui dans la foulée des promesses de resserrement monétaire de la Fed avaient gelé les projets d’émission, font davantage sentir leurs effets aux Etats-Unis qu’en Europe. Alors que le distributeur Best Buy a seulement mis fin le 12 juillet à sept jours de disette sur le marché américain, les émissions d’emprunteurs européens ont rythmé la semaine écoulée.

Catégories haut rendement et investissement confondues, les volumes placés ont atteint 6,8 milliards d’euros en Europe du 8 au 12 juillet. «Si le volume est proche de la semaine précédente, le regain d'appétit vis-à-vis du risque est clairement visible dans la typologie des émissions : 18 émissions allant du CCC au BBB+ la semaine dernière contre 10 émissions allant du BBB- au AA+ la semaine d'avant», notent les analystes de CM-CIC Securities. Les propos plus modérés de Ben Bernanke, président de la Fed, quant à la perspective d’un retrait du programme d’assouplissement quantitatif, ont détendu les investisseurs.

Le high yield a représenté la moitié des volumes, soit 3,4 milliards. Plusieurs signatures, souvent sous LBO, ont profité de l’accalmie pour faire leurs débuts sur le marché obligataire. L’équipementier FTE Automotive, détenu par Bain Capital, a levé 240 millions d’euros à 9%. Le laboratoire suisse Unilabs, qui avait renoncé à émettre il y a un mois, a finalement pu placer près de 700 millions en trois tranches. La chaîne de cinémas Vue Entertainment, rachetée en juin par des fonds de pension canadiens, et le fabricant de surgelés Findus, qui a restructuré sa dette LBO l’an dernier, ont également émis leurs premières obligations. Les fonds levés servent le plus souvent à refinancer des prêts bancaires (loans).

Les signatures détenues par des fonds d’investissement pourraient encore animer les derniers jours qui restent avant la trêve estivale du marché primaire. Bain Capital compte financer par obligations le récent rachat de la chaîne de décoration Maisons du Monde. Le pré-marketing de la transaction auprès des investisseurs a commencé. Le fabricant allemand de céramiques CeramTec, que Cinven vient d’acquérir pour 1,5 milliard d’euros, prépare quant à lui une émission obligataire de 300 millions après avoir lancé vendredi la syndication d’environ 650 millions de prêts.

EMISSIONS CREDITS HIGH YIELD
ZOOM
EMISSIONS CREDITS HIGH YIELD

A lire aussi