CVC va coter son nouveau fonds européen de dette corporate

le 15/05/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le fonds anglo-saxon compte lever 300 millions d’euros sur la Bourse de Londres pour investir dans les instruments de crédit de grosses PME

La mode des fonds de crédit s'offre de nouvelle déclinaisons. Face à la baisse des financements bancaires en Europe et à la pléthore de fonds de dette créés par des gestionnaires traditionnels et du non-coté, CVC Credit Partners choisit la Bourse pour lancer son dernier véhicule, centré sur le high yield (dette à haut rendement). Une première pour cette équipe et une initiative encore rare sur le Vieux Continent, après celles des américains Neuberger Berman en 2011 et Alcentra (BNY Mellon) en 2012.

L’équipe de gestion de dette du fonds anglo-saxon CVC Capital Partners a annoncé hier vouloir lever 300 millions d’euros sur le London Stock Exchange, a priori d’ici à un mois. En investissant dans la dette senior, de second lien, mezzanine et obligataire, en primaire comme en secondaire, «ce véhicule va couvrir une palette d’instruments de haut de bilan d’actifs à haut rendement», explique Richard Boléat, président de ce fonds baptisé CVC Credit Partners European Opportunities Limited et immatriculé à Jersey.

Le fonds investira dans 25 à 40 sociétés ayant un Ebitda supérieur à 75 millions d’euros, et à 70% minimum en Europe occidentale. Jusqu’à 25% de ses engagements pourront concerner des entreprises dans lesquelles le groupe CVC a investi en capital. CVC Credit Partners vise un rendement annualisé net de frais de gestion de 8 à 12 %, incluant un dividende annualisé de 5%. C’est moins que les 17,9 % bruts du précédent véhicule, non coté, lancé en 2009. «Nous n’avons ni le même budget de risque, ni la même allocation, et depuis quelque temps les rendements du high yield se compriment en Europe, justifie Richard Boléat. Nous préférons miser sur un rendement réaliste».

Le nouveau fonds offrira aussi une liquidité trimestrielle, pour rassurer les investisseurs échaudés par les déboires de nombreux fonds d’obligations titrisées (CLO) après la crise financière de 2007. Doté d’un compartiment en euros et d’un autre en livres sterling, il vise les institutionnels et particuliers fortunés en Europe et au-delà, à l’exception des Etats-Unis où il ne sera pas commercialisé.

CVC Credit Partners, né l’an dernier de la fusion entre CVC Cortadus Group et Apidos Capital Management, gérait 8,5 milliards de dollars (6,5 milliards d’euros) au 30 avril.

A lire aussi