Commerzbank fait le plein pour ses obligations sécurisées d'un nouveau genre

le 25/02/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque a placé 500 millions d'euros de covered bonds adossés à des prêts aux PME allemandes, malgré les réticences de certains gérants

Commerzbank a réussi son pari haut la main. La banque allemande a levé la semaine dernière pour 500 millions d’euros d’obligations sécurisées adossées à des prêts aux PME allemandes, alors que ce mode de refinancement est d’ordinaire utilisé pour les prêts immobiliers et aux collectivités locales. Dirigé par Barclays, CA CIB et UniCredit, le placement a attiré une demande deux fois supérieure à l’offre et a été réalisé à 47 points de base au-dessus des swaps.

Ces covered bonds d’un genre nouveau, adossés aux trois quarts à des emprunteurs de catégorie high yield, avaient pourtant provoqué des froncements de sourcil chez de grands investisseurs comme BlackRock ou Pimco. Ceux-ci craignent que cette nouvelle catégorie de sous-jacent ne dévalue la classe d’actifs dans son ensemble, appréciée pour la sécurité qu’elle offre à l’investisseur. D’ailleurs, «les obligations sécurisées PME de Commerzbank ne sont pas compatibles avec CRD, Ucits ou le label ECBC, c'est-à-dire qu’elles bénéficieront de moins de privilèges réglementaires et de moins de soutien en cas de besoin», souligne Bernd Volk, analyste crédit chez Deutsche Bank. Elles coûtent donc davantage de fonds propres réglementaires aux investisseurs.

Les sous-jacents des titres sont constitués à 82% de prêts à court terme sur le marché monétaire et à 18% seulement de prêts à moyen terme. La maturité des covered bonds est donc supérieure à celle de l’actif, un fait très inhabituel.

Ces caractéristiques n’ont pas empêché les banques centrales et les agences supranationales de souscrire massivement à l’offre. Cette catégorie a pris 36% du placement, un pourcentage bien supérieur à la norme, tandis que les gérants d’actifs (28%) ont été les deuxièmes plus forts souscripteurs. Environ 44% du papier a été placé entre des mains allemandes. Le prix a été jugé attractif, avec un rendement inférieur de moins de 30 points de base à celui des obligations Commerzbank senior non sécurisées. «L’excellente performance des PME allemandes récemment constitue aussi un facteur de soutien», indique Bernd Volk, qui rappelle que les fonds de prêts (CLO) aux PME allemandes ont connu un parcours «plutôt exceptionnel». Commerzbank a vocation à renouveler l'expérience, puisqu'elle a annoncé un programme de 5 milliards d'euros au total sur les prochaines années.

A lire aussi