PAI Partners rachète IPH France et vend une partie de United Biscuits

le 06/12/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

KP Snacks a été cédé à un industriel allemand. La valeur des deux transactions tournerait autour de 500 millions d'euros chacune

PAI Partners anime le marché du LBO (leveraged buy out) à l’achat comme à la vente. United Biscuits, dont le fonds est actionnaire avec Blackstone depuis 2006, a annoncé hier la cession de son pôle salé, KP Snacks, à l’allemand Intersnack Group. Dans le même temps, selon des sources proches, PAI Partners a trouvé un accord pour racheter le distributeur de produits industriels IPH, détenu à 80% par le fonds Investcorp.

Avec KP Snacks, PAI Partners engage sa sortie partielle d’United Biscuits, racheté pour 1,6 milliard de livres. La vente en bloc du groupe agro-alimentaire au groupe chinois Bright Food ayant échoué en 2010, les actionnaires ont décidé pour faciliter les cessions ultérieures de séparer les activités salé et sucré (biscuits) qui offraient de surcroît peu de synergies entre elles.

Des fonds tels que Permira, Warburg Pincus, Clayton Dubilier & Rice et Lion Capital auraient aussi regardé le dossier, mais c’est finalement un industriel, conseillé par Goldman Sachs, Ernst & Young et McDermott Will & Emery qui a remporté la mise. L’acquisition sera financée en partie par une dette bancaire que Commerzbank, HSBC et UniCredit ont arrangée. United Biscuits a été épaulé dans cette opération par Credit Suisse et Freshfields.

Le prix de vente de KP Snacks, non dévoilé, tournerait autour de 500 millions d’euros (400 millions de livres). La cible réalise un chiffre d’affaires annuel de 280 millions de livres et emploie 1.500 collaborateurs. Le nouvel ensemble affichera des revenus de 1,7 milliard de livres. Le prix d’acquisition d’IPH France tournerait lui aussi autour de 500 millions d’euros, selon une source proche du dossier.

Connue pour sa filiale lyonnaise Orexad, la société s’est notamment construite à partir des acquisitions d’Autodistribution, un LBO à l’histoire mouvementée, et d’Anfac FI. Rothschild aurait dirigé le processus de vente, qui aurait aussi impliqué avant l’été les fonds CVC Capital Partners et LBO France. Investcorp était là aussi actionnaire de la société depuis 2006. Le groupe IPH revendique un chiffre d’affaires groupe (hors réseaux affiliés) de 845 millions d’euros en 2011.

A lire aussi