Le divorce est consommé entre Nathaniel Rothschild et ses partenaires indonésiens

le 15/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La famille Bakrie propose de racheter les actifs de Bumi, laissant l'investisseur avec une coquille vide pourvue de 1,2 milliard de dollars

La famille Bakrie et Nathaniel Rothschild cherchent une porte de sortie au fiasco de leur coentreprise. La société de production de charbon indonésienne cotée à Londres a reçu une proposition de la part de ses partenaires locaux visant à racheter l’ensemble de ses actifs en échange de l’annulation complète des 23,8% qu’ils détiennent dans Bumi.

Le groupe Bakrie se dit ainsi prêt pour officialiser le divorce avec Nathaniel Rothschild avec le rachat des 29% détenus par Bumi dans PT Bumi Resources, en conservant ses 10,3%, évaluée à 150 millions de dollars, auxquels il rajoutera 278 millions pour le solde. Un prix en ligne avec sa valeur de marché. La famille s’engage également à verser 940 millions pour s’emparer des 84,7% détenus dans Berau Coal Energy.

Une proposition qui reviendrait à faire de Bumi une coquille vide avec 1,2 milliard de trésorerie, soit l’équivalent du montant apporté par Nathaniel Rothschild lors de la création de Vallar. Le conglomérat indonésien reprendrait ainsi le contrôle de deux des plus importantes mines au monde.

Les actions de Bumi s’envolaient de 39% à Londres jeudi suite à l’annonce à 2,59 livres, après avoir fondu de 90% par rapport à son cours d’introduction en Bourse à la suite d'une série de scandales concernant des suspicions d’irrégularités financières. A environ 1,4 milliard, dont 1,2 milliard en numéraire, l’offre représente un prix deux fois supérieur à la valeur de marché de la société de mercredi dernier.

Mais de nombreuses questions restent en suspens, le cours restant jeudi inférieur de 46% à l’offre des investisseurs indonésiens. Avec un flottant doublé, l’offre est valorisée à 4,80 livres par titre, contre un cours d’IPO de 10 livres. En outre, les investisseurs se demandent comment la famille Bakrie, endettée jusqu’au cou, réussira à trouver les fonds nécessaires au rachat des actifs de Bumi.

Cette offre reste en outre conditionnelle à l’annulation des 6,7% de participation accordés à Nathaniel Rothschild et ses partenaires lors de la création de Bumi. Dans le même temps, Samin Tan, le président de Bumi qui détient une participation de 23,9% dans la société, pourrait à lui seul bloquer l’offre et attendre un rebond du prix de l’action. Les investisseurs pourraient être séduits par le rachat de PT Bumi Resources, mais seront plus réservés sur celui de Berau Coal Energy, selon Barclays.

A lire aussi