La titrisation fait un retour en force en Chine

le 06/09/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

China Development Bank devrait lancer cette semaine une émission d'ABS à 5 ans d'un montant de 10 milliards de yuans (1,3 milliard d’euros)

Intérieur des bureaux de la China Development Bank. Photo: Nelson Ching/Bloomberg

Les émissions d’ABS font leur grand retour en Chine. China Development Bank (CDB) devrait lancer d’ici la fin de la semaine une émission à 5 ans de titres adossés à 49 prêts provenant de 43 clients pour un montant de 10,2 milliards de yuans (1,3 milliard d’euros). L’ensemble des prêts sous-jacents est assorti de taux variables et de coupons payables trimestriellement. Une émission, orchestrée par CDB Securities et Guotai Junan Securities comme souscripteurs et Citic Trust comme véhicule de financement, qui devrait comporter trois tranches.

Une première tranche de 18 prêts d’un montant de 8,07 milliards de yuans notée AAA, une deuxième de 12 prêts de 1,2 milliard notée AA, et une dernière de 898 millions qui n’est pas notée. Avec une note moyenne de AA+ et un taux maximum de 7,32% sur les sous-jacents, CDB espère renforcer l’attractivité des titres auprès des investisseurs en limitant le risque sous-jacent.

Aucun établissement chinois n’était plus venu sur le marché des ABS depuis avril 2008, la première opération de ce type remontant à décembre 2005 quand CDB et China Construction Bank avaient émis conjointement 7,2 milliards de yuans. Début août, les autorités chinoises avaient autorisé trois collectivités locales à émettre des ABS afin de favoriser les investissements en infrastructures et soutenir la croissance de l’économie du pays.

«Le but est de faciliter l’arrivée de fonds dans les collectivités qui ont des projets d’investissements mais font face aux contraintes des banques, ce qui les oblige à trouver d’autres sources de financement», estime Bank of America. Et Nomura d’ajouter que Pékin ne souhaite pas que «les banques portent tout le poids de ce type de financement».

D’autant que les banques chinoises cherchent à diversifier leurs activités et limiter leur exposition au secteur public. On a ainsi vu CDB octroyer cet été deux prêts d’un milliard de dollars chacun à Alibaba, le dernier étant destiné à financer le rachat de parts détenues par Yahoo dans le groupe, selon le Wall Street Journal. Le Hong Kong Exchanges & Clearing se serait également tourné vers CDB pour un crédit de 1,8 milliard destiné à se substituer au prêt relais de 860 millions octroyés par Deutsche Bank, HSBC et UBS. CDB profite de ses 980 milliards d’actifs pour financer des prêts à long terme substantiels qui nécessitent traditionnellement une syndication de la part des banques occidentales.

A lire aussi