Jean-Pierre Jouyet esquisse sa feuille de route pour la CDC

le 11/07/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le futur directeur général insiste sur l'optimisation des ressources de la Caisse des dépôts et n'exclut pas la cession de certaines filiales

Jean-Pierre Jouyet, futur directeur général de la CDC. Photo: Pierre Chiquelin

Henri Emmanuelli et Jean-Pierre Jouyet, tel est l’attelage détonant qui s’annonce à la tête de la Caisse des dépôts. Le député PS des Landes a été nommé hier à la commission de surveillance de la CDC, et a de bonnes chances d’en devenir le président. Au même moment, le président sortant de l’AMF planchait devant le Parlement, dont il a obtenu le feu vert pour être nommé directeur général de l’institution. Il a esquissé à cette occasion la feuille de route de son mandat de cinq ans.

«La Caisse des dépôts ne sait ni tout faire, ni ne peut tout faire», a indiqué Jean-Pierre Jouyet. Elle devra «optimiser ses ressources, ses coûts, et l’organisation de ses structures».

La création de la Banque publique d’investissement sera l’occasion de rationaliser les différents moyens d’intervention (FSI, Oséo, CDC Entreprise) du groupe. Jean-Pierre Jouyet a même souhaité, «à titre personnel», que la réflexion des pouvoirs publics aille au-delà en posant la question d’un rapprochement entre Fonds stratégique d’investissement et Agence des participations de l’Etat.

La Caisse pourrait aussi sortir de filiales qui ne seraient pas considérées comme stratégiques, «pour avoir moins de dispersion».

Jean-Pierre Jouyet souhaite par ailleurs intensifier les actions en matière d’infrastructures, de logement, et d’accompagnement des territoires ruraux. L’institution est déjà très active. Les fonds d’épargne ont par exemple annoncé hier un prêt de 521 millions d’euros pour le contournement ferroviaire Nîmes Montpellier. Fort de son expérience internationale, l’ancien secrétaire d’Etat aux Affaires européennes compte aussi étoffer les partenariats initiés par Augustin de Romanet avec la KfW allemande ou la Cassa Depositi e Prestiti italienne, tout en donnant à la Caisse plus de visibilité à Bruxelles.

Enfin, Jean-Pierre Jouyet a démenti toute interférence entre son rôle à l’AMF et les dossiers concernant la CDC. Appelée à se prononcer sur sa nomination, la commission de déontologie s’est déclarée incompétente, la fonction de directeur général de la Caisse revêtant un caractère administratif en raison des missions d’intérêt général qui lui sont confiées. Le dirigeant en a profité pour assurer qu’il ne siégera pas au conseil des filiales cotées du groupe (CNP, Icade…) et qu’il ne touchera ni bonus, ni jetons de présence.

A lire aussi