Citigroup subit un nouveau départ de haut rang en France

le 31/01/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Eric Coutts, qui avait succédé en 2009 à Jean-Michel Steg à la tête de la banque d'investissement, s'en va. Charles-Henri Filippi pourrait le remplacer

Un nouveau remaniement se profile au sein de l’état-major de Citigroup en France. Eric Coutts, responsable des activités de banque d’investissement et de financement du groupe dans l’Hexagone, a quitté ses fonctions, a dévoilé lundi l’agence Reuters, précisant que cela avait été réalisé «d’un commun accord». Un porte-parole de Citigroup a confirmé cette information à L’Agefi.

Ce départ intervient trois ans après ceux des anciens patrons du pôle, Jean-Michel Steg et Jean-Michel Richier. Ces derniers avaient alors rejoint le fonds américain Blackstone en vue de lancer l’activité de conseil du groupe en France. Le duo avait alors été remplacé par Eric Coutts, qui avait intégré Citigroup en 2007, et Jérôme Morisseau. Par ailleurs, alors qu’Eric Coutts occupait également le poste de dirigeant France (chief country officer) avec Arnaud de Marmies, ce dernier reste seul à occuper cette fonction.

Eric Coutts pourrait être remplacé par Charles-Henri Filippi, actuellement président de Citigroup France, selon une source proche du dossier. L'ancien président de HSBC France, avait rejoint Citigroup début 2011 pour succéder à François Bujon de l’Estang. Du côté de Citigroup, on indique que l’annonce du successeur sera faite «dès que possible».

Citigroup a cédé du terrain dans ses activités de banque d’investissement en 2011 au sein de l’Hexagone. Dans le domaine des fusions-acquisitions, la banque a rétrogradé de la quatorzième à la seizième place, avec treize opérations à son actif pour un montant global de 17 milliards d’euros, selon le classement annuel de L’Agefi. Par ailleurs, huitième ex aequo en 2010 dans l'activité de SVT (spécialiste en valeur du Trésor), le groupe ne figure plus parmi les dix premiers acteurs en 2011, selon l’Agence France Trésor.

Au niveau groupe, Citigroup a annoncé début décembre la suppression de 4.500 postes «au cours des tout prochains trimestres». Ce programme de réduction de coûts vise quelque 2% des effectifs globaux (267.000 personnes à fin septembre). Selon un porte-parole, les effectifs de Citigroup en France s’élèvent à environ 200 personnes.

Parallèlement, le président de la banque américaine, Richard Parsons, se préparerait à quitter son poste, la décision devant intervenir en mars, indiquait hier le Wall Street Journal.

A lire aussi