La F1 coûte trop cher à Valence

le 16/01/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’austérité gagne le terrain sportif. La région de Valence, la plus endettée des dix-sept régions espagnoles, chercherait selon le quotidien à négocier le coût d’accueil d’un Grand Prix de Formule 1, un événement sportif dont le solde financier serait pour l’heure négatif. En 2007, Valence a convenu d’accueillir un Grand Prix jusqu’en 2014.

A lire aussi