SG CIB s'allège en vendant des portefeuilles de prêts immobiliers décotés

le 30/11/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque veut céder des actifs principalement français. Elle arrête la production nouvelle et réduit l'équipe financements immobiliers, a appris « L'Agefi »

Pour réduire son bilan, la Société Générale taille dans ses activités de financements spécialisés, notamment immobiliers. SG CIB, la branche dédiée aux activités de financements et d'investissements de la banque de la Défense, a mis en vente des portefeuilles de prêts décotés, d'après plusieurs sources, qui confirment les informations du Financial Times et de Property Week.

Le processus de cession concerne un portefeuille d'une valeur faciale de 500 millions d'euros. Il est constitué de 17 prêts mis en place avant 2007, principalement en France, mais aussi au Royaume-Uni. La moitié d'entre eux sont sous-performants et l'autre moitié non-performants, a appris L'Agefi. SG CIB pourrait enregistrer une décote allant jusqu'à 50 % sur certaines lignes. La banque procède elle-même à la mise en vente sans faire appel à un agent extérieur. Elle n'a contacté qu'un nombre limité de candidats, principalement des grands fonds tels que Blackstone, Carlyle ou Lone Star. Les candidats devaient remettre leurs offres hier.

Il s'agit de la première opération significative de cession de prêts immobiliers lancée en France. Mais d'autres suivront. La Nama, la bad bank irlandaise, est en train de vendre un portefeuille de 600 millions d'euros, dans lequel 65% des actifs sont français.

SG CIB a également mis en vente un portefeuille de 8 prêts américains d'un montant total de 100 millions d'euros. Une fois vendus ces financements immobiliers et corporates, non-performants et sous-performants, l'établissement ne détiendra plus de prêts immobiliers aux Etats-Unis.

La Société Générale ne se contente pas de vendre ses prêts les moins performants. «Sans l'annoncer, SG CIB a pris la décision d'arrêter les financements immobiliers», explique une source à L'Agefi. L'activité à l'international est «en cours de démontage». Et plusieurs responsables, notamment le numéro deux, Grégoire Simon-Barboux, et le directeur des financements immobiliers pour l'Europe continentale, Nicolas Cosson, seraient en train de prendre de nouvelles fonctions au sein de la banque. Les activités de financements maritimes, aéronautiques et à effet de levier aux Etats-Unis sont également ciblées pour réduire le bilan de la banque.

A lire aussi