Fitch évoque à son tour les risques sur le triple A français

le 24/11/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après Moody's et Standard and Poor's, Fitch Ratings a estimé hier que la note triple A de la France serait fragilisée si la crise de la zone euro s'aggravait. «Si la totalité des 158,5 milliards d'euros d'engagements de la France auprès du FESF (Fonds européen de stabilité financière, ndlr) était déboursée, sa dette publique brute atteindrait 98,2% du PIB en 2014, soit le haut de la fourchette compatible avec son statut de AAA», écrit l'agence dans une note sur la France, précisant toutefois qu’il ne s'agit pas là de son scénario central. «Cependant, sur la base de la dette nette et si les prêts au FESF étaient comptabilisés (avec une décote de 50%) comme des actifs liquides, la dette culminerait à un peu plus de 80% du PIB en 2014. Ceci tempèrerait la forte hausse de la dette brute du point de vue de Fitch, et cela serait pris en compte dans l'analyse de la qualité de crédit de la France dans ce cas», ajoute l’agence.

A lire aussi