La Société Générale prépare un plan social pour sa BFI en France

le 16/11/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe a annoncé aux syndicats la mise en place début 2012 d'un plan visant essentiellement SG CIB et touchant plusieurs centaines de postes

Photo: Chris Ratcliffe/Bloomberg

Après avoir obligé les grandes banques étrangères à annoncer des licenciements massifs, la crise prélève son écot auprès de la Société Générale. Frédéric Oudéa, son PDG, a annoncé hier aux syndicats la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) visant majoritairement SG CIB, qui regroupe les activités de banque de financement et d’investissement (BFI). BNP Paribas doit en faire autant aujourd'hui.

La fourchette de 500 à 650 suppressions de postes au sein de SG CIB en France – évoquée dans certains médias – n’est confirmée ni par la direction, ni par les syndicats joints par L’Agefi. «Plusieurs centaines» de suppressions en France et «plusieurs centaines» également à l’étranger auraient néanmoins été évoquées, ce qu’a confirmé le groupe à L’Agefi. L'ampleur et la durée du PSE feront l’objet de négociations jusqu’à la fin de l’année, pour laisser place en janvier au processus de consultation.

Les activités affectées par la réduction de voilure sont connues: lors de la publication des comptes trimestriels le 8 novembre, Frédéric Oudéa avait cité le financement aéronautique, le financement naval, l’immobilier en dollar et les prêts à effet de levier en dollar aux Etats-Unis, afin de réduire la dépendance de la banque à l’égard de la devise américaine. Hier, le PDG «a précisé que l’activité de financement en dollar serait réduite d’un tiers, mais qu’il convenait de garder un maximum de capacité, car il y a derrière des enjeux économiques et il faut conserver une BFI», indique le compte-rendu de l’une des organisations syndicales. La banque n’a pas confirmé cette proportion.

On peut s’attendre à une forte baisse de la rentabilité de la BFI. «Des activités de substitution [comme le conseil, par opposition à l’activité de prêt, ndlr] devront être mises en place dans les six mois et il faudra conserver pour un horizon de 3 à 4 ans des activités qui pourront être non productives», précise le document. En écho, le directeur général adjoint de SG CIB en Asie-Pacifique Ashley Wilkins a déclaré hier que la Société Générale prévoyait de réduire les coûts de 5 à 10% au sein de la BFI à travers le monde.

Enfin, les salariés de SG CIB doivent s’attendre à une modération des bonus et à un gel des salaires qui pourraient concerner les 1.000 plus hauts revenus. Mais Frédéric Oudéa n’aurait pas remis en cause l’augmentation des salaires de base de 1% au 1er janvier à l’échelle du groupe.

A lire aussi