Le marché des dérivés de gré à gré signe un premier semestre très dynamique

le 16/11/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'encours a bondi de 18 % à 708.000 milliards de dollars, un montant supérieur à celui du premier semestre 2008

L'activité sur le marché des dérivés de gré à gré a décollé au premier semestre 2011, d'après les dernières statistiques de la Banque des règlements internationaux (BRI). Le montant notionnel de ces instruments a grimpé de 18% au premier semestre, à 708.000 milliards de dollars. Depuis le second semestre 2008, les encours étaient restés relativement stables, autour de 600.000 milliards de dollars. Cette fois-ci, ils dépassent même le niveau d'avant-crise du premier semestre 2008, à savoir 683.000 milliards de dollars.

L'augmentation de 19% du marché des contrats sur les taux est la principale explication de cette reprise. Le montant notionnel des swaps en particulier a bondi de 21% à 441.600 milliards de dollars. Les inquiétudes sur les dettes souveraines, américaines et européennes, ont certainement contribué au développement du marché. Les positions en euro ont progressé de 24%.

Le marché des dérivés sur devises est également en croissance, mais seulement sur les maturités courtes, relève la BRI. Les contrats à moins d'un an ont progressé de 26% tandis que les encours de ceux à plus de cinq ans ont été divisés par deux. Le mouvement peut s'expliquer par la forte volatilité du marché des changes sur les six premiers mois de l'année. Sur cette période, l'euro/dollar a par exemple oscillé entre 1,29 (en janvier) et 1,48 (en mai).

Malgré la croissance du marché, le risque sur ces contrats est en baisse, note la BRI. Ainsi, les valeurs de marché brutes, qui mesurent le coût de remplacement des contrats en circulation, a diminué de 8% sur l'ensemble des produits OTC. La diminution la plus marquée a été observée sur les instruments de taux.

Les contrats de protection contre le risque de défaut (CDS) ont vu leurs encours augmenter de 8% à 32.400 milliards de dollars. Sur ce marché, les chambres de compensation continuent de se développer. Elles concentrent à présent 17% des positions contre 15% en décembre 2010. Les financiers sont incontestablement les principaux utilisateurs de CDS. Les positions des clients non financiers ont en effet chuté de 23% à 238 milliards de dollars, après un repli de 63% au second semestre 2010. Ils représentent moins de 1% du marché contre un record à 5% en décembre 2009.

A lire aussi