Les rêves de transformation de MF Global se heurtent au scepticisme des investisseurs

le 26/10/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Loin de devenir la banque d'investissement qu'il projette, le broker dealer plonge dans le rouge et voit son profil de crédit malmené

Avis de mauvais temps pour Jon Corzine. L'ancien patron de Goldman Sachs (de 1994 à 1999) et gouverneur du New Jersey, aujourd'hui à la barre du broker dealer MF Global, voit son navire prendre l'eau de toutes parts. Moody's a lancé lundi un sérieux avertissement en dégradant la note de long terme du groupe de Baa2 à Baa3. L'agence de notation redoute entre autres que MF Global ne parvienne pas à atteindre ses objectifs et pointe une gestion insuffisante du risque. De fait, la société accuse une perte nette record de 191,6 millions de dollars (1,16 dollar par action) au titre du deuxième trimestre de son exercice fiscal. Les investisseurs n'ont pas caché leur déception; l'action MF Global s'est effondrée hier de près de 48%.

C'est la stratégie de Jon Corzine qui se retrouve attaquée. Celui-ci entend faire de MF Global une sorte de «mini Goldman» spécialisé sur les matières premières. Bien qu'il ait affirmé hier qu'il n'entendait pas modifier sa feuille de route, le projet suscite la défiance. «Je pense que ce projet sera reporté de manière importante», a estimé Ed Ditmire, analyste chez Macquarie. «Leur capital est sous pression et ils doivent se concentrer sur le maintien de leurs niveaux de fonds propres et sur d'autres facteurs», a-t-il ajouté. De fait, la SEC, l'autorité américaine des marchés, a réclamé le mois dernier une amélioration de la solvabilité, à la lumière de l'exposition du groupe à la dette européenne. A fin septembre, elle atteignait 6,3 milliards de dollars, soit plus de 10% de ses actifs totaux. «(...) Nos positions sur ces risques relèvent de ma responsabilité personnelle et sont ma priorité», a glissé Jon Corzine.

Pour tenter de relever la tête, la société a dévoilé le mois dernier un plan de réduction de 30% des effectifs dans le courtage actions en Asie et en Europe. Au cours du deuxième trimestre, elle a également fortement réduit la voilure de ses activités pour compte propre, ce qui a conduit à une chute de 73% des revenus de trading propriétaire. «Vu le stress des marchés sur cette période, nous avons délibérément choisi de réduire notre exposition globale dans la plupart des activités de trading et de nous focaliser sur la préservation de nos capitaux et de notre liquidité», a résumé Jon Corzine.

A lire aussi