Permira financera par dette à plus de 50 % le rachat de Genesys à Alcatel

le 20/10/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'opération de 1,5 milliard de dollars est l'un des plus gros LBO annoncés depuis les turbulences financières de cet été

Permira et Alcatel-Lucent ont officialisé hier la cession de Genesys, la filiale de logiciels de centres d’appels de l’équipementier en télécoms, au fonds de capital investissement britannique. L’offre déposée par Permira valorise la société 1,5 milliard de dollars sur une base «debt free/cash free», c’est-à-dire que le fonds d’investissement ne récupère ni la dette ni la trésorerie de Genesys.

Cette opération, sous forme de LBO, sera financée à plus de 50% en dette, celle-ci étant composée de plusieurs tranches. Le véhicule d’investissement créé à l’occasion par Permira deviendra actionnaire majoritaire de la société avec une participation de 51%, aux côtés de Technology Cross Ventures ainsi que d’investisseurs de Permira venus accompagner en direct l’opération. La transaction devrait être finalisée fin 2011 ou début 2012 sous réserve d’obtenir le feu vert des autorités.

L’appel d’offre lancé par Alcatel-Lucent, et qui portait initialement sur l’ensemble de sa division Entreprise et non uniquement sur sa pépite Genesys, a donc été remporté par Permira qui ne s’intéressait qu’à cet actif précis. La presse avait évoqué parmi les autres candidats le fonds Gores Group et les sociétés technologiques Avaya, Cisco et une filiale de Siemens.

Genesys, rachetée en 2000 par Alcatel, a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 500 millions de dollars en 2010 et les analystes d’Exane BNP Paribas estiment à 380 millions d’euros (523 millions de dollars) ses ventes 2011. Ils tablent sur une croissance de 10% par an jusqu’en 2015 assortie d’une marge opérationnelle de 25%. La société compte 4.000 clients (entreprises et agences gouvernementales) dans 80 pays. «Genesys et notre activité Entreprise devraient continuer à partager leurs portefeuilles de produits respectifs et à entretenir de solides relations commerciales grâce à la mise en place d’un accord commun de développement», précise l’équipementier.

Le véhicule de la société d’investissement est détenu par le fonds Permira IV, créé en 2006 et doté de 9,5 milliards d’euros. Il est investi à environ 80%. Au total, Permira gère quelque 20 milliards d’euros et détient plus de vingt sociétés en portefeuille. Depuis cet été, le groupe a notamment investi dans l'entreprise israélienne de systèmes d’irrigation Netafim et a cédé le spécialiste de la nutrition animale Provimi à Advent International.

A lire aussi