La diminution du dividende de Credit Suisse déçoit les marchés

le 11/02/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque helvétique affiche un résultat net en baisse de 24 % en 2010 et ramène son dividende à 1,3 franc par action, contre 2 francs en 2009

Credit Suisse revient à des ambitions plus réalistes. Dans le sillage de résultats décevants, l’établissement a ramené son objectif de retour sur fonds propres (RoE) à 15% (contre 18% antérieurement) et de 6% pour le taux de croissance des nouveaux capitaux nets. «Ces objectifs restent prudents par rapport à ce que notre activité est capable de générer sur le long terme», a déclaré le directeur général Brady Dougan. Si le RoE s'est amélioré de 2,8 points à 9,8% au quatrième trimestre, il s’est replié à 14,4% en 2010, contre 18,3% en 2009.

Sur l'exercice 2010, Credit Suisse a dégagé un bénéfice net de 5,1 milliards de francs suisses, après 6,72 milliards en 2009. Au quatrième trimestre, le bénéfice a atteint 841 millions, en hausse de 38% sur trois mois et de 6% sur un an. La gestion de fortune a été le principal moteur des résultats sur le trimestre alors que la banque d’investissement a pâti du recul des activités de taux, malgré une bonne performance du marché actions, en hausse de 28% sur le trimestre.

La collecte nette a atteint 9,6 milliards de francs dans la banque privée, soit 1% des actifs gérés, et 4,5 milliards dans la gestion d'actifs. Les actifs gérés ont enregistré une contraction de 2,2% sur le trimestre, «essentiellement liée au fort impact négatif du change venant plus qu’occulter la bonne tenue des marchés et la collecte» estime Raymond James. L’Asie, qui pèse 10% des actifs gérés, a connu un net ralentissement au quatrième trimestre. A 5,7% en 2010, la collecte est très proche de son objectif de 6%.

A l’instar de ses homologues UBS et Julius Baer, Credit Suisse affiche un ratio de fonds propres solide à 17,2%, en hausse de 0,9% par rapport à 2009. Le ratio de fonds propres durs a également progressé à 12,2%, alors qu’une commission a proposé en octobre un quasi doublement des réserves de capitaux des banques du pays, afin d’anticiper les règles de Bâle 3, qui seront effectives en 2019. La banque table sur la possibilité de lever du capital contingent (Cocos) à partir de 2013 pour environ 20 milliards de francs.

Le conseil d'administration proposera le versement d’un dividende de 1,3 franc par action, contre 2 francs en 2009. Une annonce sur fonds d’aveux de faiblesse, Credit Suisse étant considérée comme une des gagnantes de la crise, avec un titre en hausse de 19% depuis le début de l’année, contre 13% pour l’indice bancaire Stoxx Europe 600.

A lire aussi