Candover se sépare de ses actifs en liquidation

le 07/12/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Avec la cession de ses activités d’investissements ainsi que de 29,1 % de son portefeuille, le groupe entérine le départ de son président

Candover poursuit son démantèlement. A la suite de la mise à mort annoncée des avoirs de sa structure d’investissement, Candover Partners Limited (CPL), la société de private equity cherchait des acquéreurs potentiels dans le but de se restructurer et de rembourser ses investisseurs. C’est finalement la société Arle Capital Partners, récemment formée par certains cadres dirigeants de Candover Partners, qui serait preneuse «pour une livre symbolique». Une fois que les actionnaires auront été remboursés, la société devrait être mise en situation de faillite volontaire.

Parallèlement, le groupe prévoit de lever environ 60 millions de livres grâce à la cession de 29,1% de son portefeuille d’investissements au même Arle Capital Partners ainsi qu’à Pantheon, afin de réduire sa dette nette et ses engagements qui se montent à environ 11,2 millions de livres. Il s’agit d’une décote de 14% par rapport à la valeur comptable des actifs cédés.

Le directeur de Candover, Malcolm Fallen, a expliqué que la vente d’une partie du portefeuille était préférable pour les investisseurs à toute autre stratégie qui impliquerait une dilution du capital dans le but de préserver la valeur de long terme du groupe. La cession correspond, selon le communiqué du groupe, à une baisse de la valeur de ses actifs nets de 5,9% au 30 juin 2010, comparée à une baisse moyenne du cours de son action par rapport à la valeur de ses actifs de 21,4% entre le 31 août et le 3 décembre 2010.

Le président de Candover, Gerry Grimstone, qui sera poussé vers la sortie dès que ces opérations auront été approuvées par les actionnaires du groupe, promet que la société d’investissement fera peau neuve après la vente de CPL et la diversification de ses investissements. Mais ce tour de passe-passe ne change rien à la baisse importante de la valeur des actifs du groupe, au fort effet de levier inhérent à la structure de ses investissements, ainsi qu’à son haut niveau d’endettement. D’ailleurs, Malcolm Fallen a prévenu les investisseurs que les 60 millions de livres levés grâce à la cession d’une partie du portefeuille ne leur seraient pas alloués tant que la société ne retrouverait pas une situation de trésorerie nette positive. Les analystes estiment cependant que le gel de tout investissement pourrait être levé avant même la cession de tous les actifs de la structure cotée.

A lire aussi