Bridgepoint prêt à réinjecter 200 millions d’euros dans Histoire d’Or et Marc Orian

le 18/10/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le fonds entend ainsi réaliser des opérations de build-up à l’international et regarde actuellement des dossiers en Italie, République tchèque et Turquie

Cap sur la croissance, tant interne qu’externe, pour la holding Thom Europe, regroupant les chaînes de bijouteries Histoire d’Or et Marc Orian. «Les deux groupes disposent ensemble de quelque 500 boutiques, créant ainsi le premier réseau français dans la distribution de bijoux. Nous pouvons facilement atteindre le nombre de 700 boutiques en France et misons sur un développement à l’international, le réseau disposant déjà de 23 boutiques en Italie, au Portugal et en Belgique», a indiqué Benoit Bassi, président de Bridgepoint en France, à l’occasion d’une conférence téléphonique vendredi.

Afin de soutenir la croissance du réseau, «nous sommes prêts à doubler le montant de fonds propres» mis dans le financement du rachat d’Histoire d’Or et Marc Orian (auparavant détenus respectivement par Silverfleet Capital et Qualium Investissement), a poursuivi le dirigeant. Dans le cadre de ces deux acquisitions, finalisées jeudi dernier pour un montant global de 600 millions d’euros, Bridgepoint a pris le contrôle du nouvel ensemble à hauteur de 60%, aux côtés d’Apax (25%), du management (10%) et de Qualium Investissement qui conserve une part minoritaire.

A côté d’une dette senior représentant environ 45% de l’opération, les fonds propres engagés s'élèvent à quelque 330 millions, dont 200 millions d’euros apportés par Bridgepoint. «La dette représente 3,7 fois l’Ebitda, soit un multiple de 4,7 en intégrant les capex (dépenses d’investissement en capital)», a précisé Benoit Bassi.

Les 200 millions d’euros supplémentaires pouvant être injectés par Bridgepoint serviront à financer l’acquisition «de petites chaînes de bijouteries». «Nous regardons actuellement des dossiers en Italie, en République tchèque et en Turquie», a indiqué le président, ajoutant également avoir de fortes ambitions sur le marché espagnol. «L’objectif est de doubler la taille du nouvel ensemble à horizon cinq ans», a-t-il poursuivi.

Malgré la complexité de cette opération, portant sur le rachat simultané auprès d’acteurs différents de deux sociétés en vue de les rapprocher, la transaction a été bouclée en moins de huit mois. L’expérience des fonds sur le dossier a été un atout: Bridgepoint a été actionnaire d’Histoire d’Or entre 1991 et 1997, tandis qu’Apax était au capital de 1998 à 2006. Par ailleurs, Marc Orian n’est autre qu’un ancien spin-off (réalisé en 1986) d’Histoire d’Or.

A lire aussi