Tout ça pour ça...

le 04/03/2010 L'AGEFI Hebdo

Après une longue bataille juridique entre les holdings propriétaires de l’immeuble Cœur Défense (Hold et Dame Luxembourg) et leurs créanciers (regroupés dans le véhicule de titrisation Windermere), la cour d’appel de Paris vient tout simplement d’annuler l’ouverture de la procédure de sauvegarde, datant du 3 novembre 2008, au nom du fait que l’activité n’avait pas été affectée... Par conséquent, soit le juge de l’époque avait engagé la sauvegarde un peu rapidement, générant seize mois de « remue-ménage » dévalorisant pour le plus grand centre d’affaires d’Europe, soit cet appel tant attendu a opté en faveur des créanciers de manière à rassurer le petit monde de la finance structurée. Du coup, le juge n’a pas eu à apporter de réponse à la question nouvelle posée par ce dossier, qui était celle de l’incompatibilité entre le principe de la cession Dailly (également confirmé en appel, L’Agefi Edition de 7h du 26 février) et la procédure de sauvegarde. Gageons que ce n’est que partie remise...

A lire aussi