Société Générale 1, Jérôme Kerviel 0

le 14/10/2010 L'AGEFI Hebdo

Si l’issue du procès du « trader fou » déchaîne les débats jusqu’aux comptoirs des « cafés du commerce », c’est sans doute que, comme pour les décisions d’arbitrage lors des grands matches de foot, elle apparaît discutable à une partie du public. Avec trois ans de prison ferme et 4,9 milliards d’euros de dommages et intérêts, le tribunal correctionnel de Paris a jugé puis sanctionné une « fraude à l’employeur » selon le droit. Comme le font souvent les « hommes en noir » sur les terrains sportifs selon les règles, c’est-à-dire sans « compensation » possible qui aiderait à faire passer le résultat auprès des supporters adverses. Le lendemain, la directrice de la communication de Société Générale s’est même voulue « fair-play » en expliquant que la banque ne réclamerait pas une telle somme à Jérôme Kerviel. Les grandes équipes le font souvent, après coup, lorsqu’elles estiment que le score final n’est pas si légitime...

A lire aussi