L'avis de... Marjorie Nadal, fondateur et managing director d’Exocet Advisory*

« La réussite d'une coentreprise dépend de l'adéquation des cultures »

le 11/03/2010 L'AGEFI Hebdo

Quels sont les liens entre « trading » et financement ?

Ils sont nombreux car une banque qui assure les besoins de financement d'une entreprise peut répondre à ses besoins de couverture et d'investissements via ses équipes de marché. En pratique, il faut assurer une grande coopération. D’abord en centralisant la gestion des clients grâce à un interlocuteur unique, en général un banquier senior, professionnel des financements. Ensuite en communiquant sur les capacités et nouveaux produits des desks de trading et en partageant les revenus des transactions avec le banquier senior. C'est souvent difficile, notamment dans les banques françaises. Enfin, en connaissant son appétit pour le risque. Certaines transactions structurées dérivées du financement étant de taille importante, il faut que le département des financements puisse avoir confiance en la capacité d'exécution du desk. Sinon, la transaction peut lui échapper au profit d’une banque plus agressive comme Goldman Sachs, JPMorgan ou Barclays Capital.

Est-il aisé de mettre en place des coentreprises entre banques et fournisseurs d’énergie ?

Leur réussite dépend de l’adéquation entre la stratégie et la culture des deux partenaires. Un fournisseur d’énergie souhaite accéder aux clients de la banque, bénéficier de la qualité de sa notation, de son meilleur taux de financement et de sa connaissance des produits financiers. Une banque veut acquérir de l’information sur le marché pour anticiper les mouvements de marché et de stocks, et gérer la volatilité des sous-jacents, mais aussi assurer les besoins de couverture de son partenaire. Crédit Agricole CIB et EDF Trading, alliés depuis mai dernier, affichent une solidité financière équivalente. On aurait donc pu craindre des rivalités entraînant la démission des personnels les plus qualifiés. Mais les bénéfices sont évidents car, à la suite du départ d’une partie de ses équipes fin 2006, Crédit Agricole ne disposait plus d’expertise dans le trading du gaz et de l’électricité.

*Cabinet de conseil spécialisé dans les matières premières

A lire aussi