L'avis de... Harald Mugas, senior client IT-Architecte chez IBM à Francfort

« Réduire le temps de latence d’un ordre à moins d’une milliseconde »

le 17/12/2009 L'AGEFI Hebdo

Pourquoi les Bourses traditionnelles comme Deutsche Börse se lancent-elles dans une refonte complète de leurs plates-formes de trading ?

L’arrivée, ces dernières années, des plates-formes alternatives, les MTF (multilateral trading facilities), a entraîné une course aux clients inconnus jusque-là. Ces opérateurs ont réussi à ravir des parts de marché parce qu’ils disposent d’une technologie de pointe, plus performante que celle des Bourses traditionnelles. Deutsche Börse se devait donc de réagir, d’autant plus que ses systèmes, Xetra et Eurex, tournent déjà depuis une dizaine d’années et arrivent aux limites de leurs capacités.

Quels ont été les critères avancés par Deutsche Börse ?

Bien entendu, IBM a été en compétition avec d’autres fournisseurs. Mais pour la Bourse de Francfort, il était important de s’équiper d’une technologie qui sera encore adéquate dans cinq à dix ans. Parallèlement, il lui fallait une messagerie ultra-rapide, capable de réduire le temps de latence d’un ordre à moins d’une milliseconde. Elle demandait aussi un système fiable à 100 %. Notre produit a déjà fait ses preuves auprès d’un grand hedge fund et d’une Bourse en Amérique latine. Par ailleurs, IBM a été en mesure d’intégrer une série de composants spécialement conçus pour les applications de Deutsche Börse.

Quels sont les avantages de la nouvelle plate-forme pour Deutsche Börse ?

Face à la montée en puissance des transactions basées sur des algorithmes, le temps de latence entre l’émission d’un ordre et sa réalisation devient un critère de plus en plus important pour les grands clients comme les banques et les hedge funds. Dans cet environnement, les Bourses les plus rapides pour l’exécution des ordres sont aussi celles qui attirent le plus de liquidités. La nouvelle plate-forme permettra donc à Deutsche Börse de gagner davantage de clients et d’augmenter ainsi son chiffre d’affaires.

A lire aussi