Recul écologique

le 25/03/2010 L'AGEFI Hebdo

L’environnement fait mauvais ménage avec la crise. Les Français ont beau avoir fait nettement progresser les résultats des écologistes aux élections régionales, le gouvernement n’en a pas moins reporté sine die la taxe carbone. Un projet qui avait mobilisé bien des énergies l’an dernier, du fait notamment de sa complexité, avant d’être invalidé en décembre par le Conseil constitutionnel. Voilà que les conséquences possibles de la taxe sur la compétitivité des entreprises françaises, que l’efficacité supérieure d’un impôt européen - des arguments qui n’ont rien de nouveau - sont mises en avant pour justifier l’abandon du projet. Un recul d’autant plus regrettable que la France se voulait exemplaire sur le sujet de l’environnement et qu’après l’échec du sommet de Copenhague, l’Europe aurait bien besoin d’un regain de conviction sur ce thème. Sans parler du nouveau coup porté, tout récemment, au système européen des quotas avec la revente par le gouvernement hongrois de crédits carbone remis par les entreprises.

A lire aussi