L'avis de... Thomas Roudié, consultant maîtrise d’ouvrage, spécialisé dans la banque de financement chez Teamtrade*

« Un projet d’envergure internationale »

le 07/10/2010 L'AGEFI Hebdo

Le projet Cibos est-il hors norme ?

C’est un projet de très grande ampleur et - je dois reconnaître - assez rare. Normalement, un consultant ne doit pas rester en poste plus de trois ans sur un même programme. Je travaille sur Cibos depuis plus de quatre ans. Et c’est un projet d’envergure internationale qui nous a fait collaborer avec de nombreuses personnes issues de cultures très différentes.

Quelles ont été les phases critiques ?

Il y a d’abord eu un gros travail préparatoire pour faire le nécessaire quant au bon déroulement du déploiement et mettre en confiance les utilisateurs locaux du back-office. La phase de conduite du changement a été primordiale, la mise en place de Cibos impliquait pour eux le déploiement d’un système qu’ils ne connaissaient pas, avec son corollaire, une nouvelle façon de travailler : changement dans les procédures de contrôle, opérations de saisie différentes… Les personnels du back-office sont habitués aux tâches répétitives, ils n’aiment pas beaucoup le changement. Bien évidemment, cette résistance au changement varie beaucoup en fonction des zones géographiques : cela n’a pas été facile à New York ou à Tokyo, par exemple.

Et d’un point de vue technique ?

Les délais impartis pour chaque déploiement étaient assez tendus. Prendre en compte toutes les demandes utilisateurs au niveau local et faire des tests, entre deux et trois, et même entre cinq et six pour Tokyo, demandait beaucoup de temps. Il nous fallait prouver que nous étions capables de réussir la migration complète de l’ancien vers le nouveau système en un week end. Nous devions gérer deux phases en parallèle : la préparation de l’environnement et les tests pour la migration comptabilité/risques d’une part, et les développements et les tests pour la prise en compte des besoins locaux d’autre part.

*Société de services informatiques

A lire aussi