L’avis de… Simmy Grewall, analyste chez Aite Group

« La priorité est d’établir une standardisation des flux »

le 06/05/2010 L'AGEFI Hebdo

Quel bilan peut-on tirer aujourd’hui du Consolidated Tape aux Etats-Unis ?

Le bilan du Consolidated Tape est extrêmement positif. C’est un outil sur lequel nous n’entendons jamais aucune critique, que ce soit à propos de la qualité des données, de leur rapidité de consolidation et de diffusion et même des tarifs d’accès. C’est aussi vrai pour l’information pré-négociation fournie par le CQS (Consolidated Quote System, NDLR) que pour l’information post-négociation disponible sur le CTS (Consolidated Tape System, NDLR). C’est un système qui a montré son efficacité et qui satisfait tous les acteurs américains.

Peut-on imaginer une transposition de ce Consolidated Tape en Europe ?

Ce qui est certain, c’est qu’il existe en Europe un vrai besoin d’avoir des données fiables et agrégées sur l’activité des 40 à 50 lieux de négociation principaux, qu’il s’agisse de places de marché primaire ou de dark pools. Pour les différents acteurs, obtenir cette information est aujourd’hui un vrai casse-tête qui leur coûte par ailleurs très cher. Quelle forme prendra ce Consolidated Tape européen ? Nul ne le sait pour l’instant. Quoi qu’il en soit, la priorité est d’établir une standardisation des flux de données, car aujourd’hui, chaque place de marché a sa façon propre de coder ses informations en fonction de son historique et des besoins de ses clients. Si les données sont standardisées, des fournisseurs pourront aisément fournir ce service.

Les obstacles sont-ils seulement techniques ?

Non, il y a bien sûr une composante politique importante. Où serait hebergée cette information centralisée ? De quelle structure doit-elle dépendre ? Beaucoup de gens estiment que Londres est le lieu géographique qui s’impose. Ce qui n’est peut-être pas le souhait de tous. En tout cas, le problème devra être résolu avant la fin de l’année.

A lire aussi