Méthodologie

le 07/01/2010 L'AGEFI Hebdo

Les établissements sont classés, sur la base de déclarations vérifiables, pour leurs mandats en « restructuration » pour des : renégociations de covenants, rééchelonnements, réductions ou conversions de la dette. Ils ont été crédités de 100 % de la dette initiale à restructurer pour le compte de l'entreprise ou de la part correspondant aux prêteurs qu’ils représentaient. Leurs opérations ont été conclues en 2009, et portaient sur des entreprises françaises ou dont l'un des actionnaires est français. Après analyse, il n’a pas été possible, faute de précisions suffisantes, de compter les opérations sur des entreprises étrangères et dont les établissements prêteurs étaient français, qu’il s’agisse des arrangeurs d'origine sur les crédits syndiqués ou des représentants au sein du comité (« steering comittee »).

A lire aussi