Un marché complexe

le 14/10/2010 L'AGEFI Hebdo

Si les fonds étrangers et les investisseurs traditionnels sont séduits par le segment du commerce, les règles du jeu sont en revanche plus complexes que dans l’immobilier de bureau. « Il faut en effet savoir attirer les meilleures enseignes, animer les galeries pour séduire les consommateurs via des opérations marketing spécifiques, réaliser un travail d’amélioration récurrent des parties communes, énumère Christian de Kerangal, directeur général d’IPD France. En somme, valoriser tout un patrimoine en s’engageant dans une relation client qui requiert un réel savoir-faire. C’est pour cela que la plupart des investisseurs institutionnels n’y vont pas seuls et s’entourent des compétences de foncières spécialisées, par exemple, qui se chargeront de l’’asset management’. » Des alliances se scellent. Une illustration : Hammerson continuera à gérer l’Espace Saint-Quentin cédé aux trois quarts à Allianz Real Estate, selon un modèle éprouvé sur un actif strasbourgeois vendu à CNP Assurances et plus largement sur tous les actifs de commerce que la foncière a vendus en Grande-Bretagne.

A lire aussi