LBO Leonard Green, Nordic Capital et Astorg sont les plus performants

le 17/12/2009 L'AGEFI Hebdo

Deux français parmi les dix premiers.

Et aucun des emblématiques spécialistes du LBO (leveraged buy-out), Blackstone ou KKR... Ce sont les conclusions de ce classement réalisé par Oliver Gottschalg, professeur à HEC qui a créé, avec la société Peracs, un indicateur unique en son genre pour mesurer - c’est également une première - la performance des firmes de capital-investissement, au niveau mondial, sur l’ensemble de leurs fonds levés entre 1996 et 2005. Selon cet indice, le gérant américain Leonard Green & Partners devance l’européen Nordic Capital et le français Astorg Capital, puis le britannique Charterhouse. CVC, plus important acteur en taille sur la période étudiée, arrive huitième, tandis qu’Axa Private Equity, deuxième français du palmarès, s’octroie la neuvième place.

Pour cela, Oliver Gottschalg a étudié les performances fournies par la société d’études Preqin pour 63 gestionnaires qui géraient donc sur cette période 182 véhicules d’investissement représentant 232 milliards de dollars. Parti du principe que les performances du capital-investissement sont difficiles à appréhender, il a développé une méthode prenant en compte trois critères (nets des frais et primes de gestion) en données absolues : le TRI (taux de rendement interne : par exemple 21 %), le DPI (distribution to paid-in, taux de retour ou multiple déjà réalisé sur le montant investi : par exemple x1,2) et le TVPI (total value to paid-in, taux de retour effectif ou multiple déjà effectif mais aussi potentiel, en fonction de la valeur des actifs encore en portefeuille : par exemple x1,8). L’étude a ensuite mesuré l’écart type de ces valeurs par rapport aux moyennes comparables sur l’échantillon. Et bâti un seul indicateur statistique - le « score » dans le tableau - à partir de ces six données (absolues et relatives), en pondérant chacun de ces chiffres en fonction de son dénominateur commun dans la performance de 492 fonds étudiés depuis 1980 via la base Thomson VentureXpert (VX). Une autre pondération, à partir de la même base historique, a porté sur le rapport entre la performance chiffrée et la maturité du fonds étudié (une très bonne performance au bout de cinq ans ne signifie pas pour l’investisseur la même performance au terme des dix ans du fonds).

Exclusion des fonds levés après 2005

Au final, le score reflète, selon une échelle prédéterminée où 1 correspond à la limite au-dessous de laquelle se trouvent 85 % des fonds comparables et où 0 marque la moyenne, les dix sociétés de gestion classées faisant partie des 25 % meilleures sur les six critères précités. « En revanche, nous n’avons pas pris en compte les performances des fonds levés à partir de 2006, car le LBO était alors entré dans une nouvelle èrepeu comparable et qui nécessitera d’affiner les pondérations », explique Oliver Gottschalg. En effet, le TRI sur certaines opérations a pu être excellent en 2007, mais ne reflète en rien la performance future d’un fonds levé

en 2006.

A lire aussi