La justice française clémente

le 14/10/2010 L'AGEFI Hebdo

Sévère le tribunal correctionnel de Paris ? En condamnant Jérôme Kerviel à trois ans de prison ferme, il n’a pas suivi les réquisitions de l’avocat général qui avait demandé… un an de plus. Mais surtout, les prédécesseurs du trader de Société Générale dans l’histoire des « rogue traders », dont il a battu tous les records de pertes, ont reçu des peines bien plus lourdes. C’est ainsi que le plus fameux d’entre eux, Nick Leeson, qui a à son actif la faillite de la Barings en 1995 et un trou de 860 millions de livres, soit moins d’un milliard d’euros, a été condamné à six ans et demi de prison (et en est sorti après quatre ans). De même, Yasuo Hamanaka a passé sept ans en prison, après avoir fait perdre, entre 1993 et 1997, 2,6 milliards de dollars à Sumitomo. Et la justice irlandaise n’a pas été plus clémente que la justice japonaise, puisque John Rusnak a payé de sept ans de prison la perte de 691 millions de dollars dont a été victime Allied Irish Bank en 2002. Dans ces conditions, doit-on vraiment conseiller à Jérôme Kerviel de faire appel ?

A lire aussi