FUSIONS-ACQUISITIONS Morgan Stanley en tête dans la dernière ligne droite

le 03/12/2009 L'AGEFI Hebdo

Morgan devance Goldman et Citi

Le bilan à fin novembre confirme la mauvaise année que sera finalement 2009 pour les fusions-acquisitions : avec 1.827 milliards de dollars et 33.450 transactions annoncées selon Thomson Reuters, ce marché baisse de 33 % en valeur par rapport à 2008, et de 10 % en volume. La hiérarchie des conseils devrait aussi être bien modifiée, ne serait-ce que parce que Morgan Stanley prend, pour l’instant, la tête dans presque toutes les zones géographiques. Au niveau mondial, cet habituel « challenger » devance Goldman Sachs et Citi. JPMorgan perd deux rangs, et beaucoup d’autres sous-performent face à la montée de boutiques comme Lazard, ou de nouveaux venus (Evercore, RBC, Blackstone, Gresham Partners…). Ce sont justement ces noms qui se font remarquer aux Etats-Unis, où le marché baisse de 38 % (à 758 milliards de dollars). Morgan Stanley est l’un des très rares établissements à y accroître son activité, notamment grâce aux opérations sur les pharmaceutiques Pfizer/ Wyeth (64 milliards de dollars) et Merck/Schering Plough (46 milliards).

-49 % en Europe

Contrairement au premier semestre, c’est en Europe que le marché a le plus chuté : de 49 % en valeur (avec 722 milliards de dollars)... Parmi les quinze premiers, seul Morgan Stanley stabilise son activité, et Gresham Partners progresse au bénéfice des opérations transfrontalières. Credit Suisse, Lazard et Rothschild, voire Goldman Sachs et Deutsche Bank sont un peu moins touchés grâce aux grandes transactions annoncées sur Cadbury (19,2 milliards de dollars), Enel/Endesa (13,4), BGI/BlackRock (13,3), Porsche/Volkswagen (12,7) ou encore aux prises de participation dans les banques comme RBS (42). BNP Paribas voit son activité diminuer de 80 %, en partie à cause d’un marché français en forte baisse lui aussi (-50 %).

L'Asie moins touchée

Les américaines s’octroient cinq des dix premières places en Asie-Pacifique, sur un marché moins touché (-12 % à 529 milliards de dollars), avec notamment Goldman Sachs, Morgan Stanley et Lazard. Gresham Partners est présente sur le rapprochement entre Rio Tinto et BHP Billiton (58 milliards de dollars), tandis que Nomura et Mizuho sont les meilleurs conseils locaux.

A lire aussi