Rencontre avec... Gilles Chevènement, PDG du groupe La City

« C'est au chef d’entreprise de maintenir une bonne coordination »

le 30/09/2010 L'AGEFI Hebdo

En mars 2009, le groupe La City rencontre des difficultés. Son nouveau PDG, Gilles Chevènement, en informe le Tribunal de commerce. Cette société non cotée du secteur de la mode (40 millions d’euros de chiffre d’affaires) devait trouver un accord avec ses principaux créanciers et ses actionnaires.

Comment avez-vous choisi les différents conseils ?

Les actionnaires m’ont suggéré plusieurs noms. Je connaissais moi aussi certains professionnels reconnus de la restructuration et j’ai sollicité mon réseau d’amis dirigeants d’entreprise. Mon choix s’est porté sur le cabinet d’avocats Bremond & Associés et le conseil financier Accuracy. J’ai également sélectionné un manager de crise que j’ai pris pour bras droit et qui est associé au sein de Dirigeants & Investisseurs. Enfin, pour le droit social, j’ai fait appel à une professionnelle du cabinet Cotty Vivant Marchisio & Lauzeral.

Comment travaillent-ils ensemble ?

Ces spécialistes partagent leurs informations et leurs analyses et avancent main dans la main. Toutefois, de façon exceptionnelle, un consultant a empiété sur le terrain d’un autre. J’ai alors dû intervenir car c’est au chef d’entreprise de maintenir une bonne coordination entre les conseils. Tout est rentré dans l’ordre très rapidement.

Pourtant, l’entreprise a été mise en redressement judiciaire en avril dernier…

L’environnement économique dégradé et les positions divergentes des différentes parties prenantes n’ont pas permis de trouver un accord pérenne et d’éviter la voie judiciaire. La compétence des conseils n’est pas en cause, ni leur sens du travail en équipe. Ils m’aident aujourd’hui à élaborer une solution assurant la continuité de l’entreprise.

A lire aussi