Entretien avec... Thierry Pascault, senior partner , AT Kearney

« Les banques vont différencier les fonds propres par métiers »

le 07/01/2010 L'AGEFI Hebdo

Comment vont se passer les probables appels des banques aux actionnaires ?

Souvent, les augmentations de capital des banques qui ont suivi leurs déboires récents ne se sont pas déroulées très facilement. A l’avenir, elles pourraient être mieux accueillies par le marché si les actionnaires disposent d’une vision plus claire des perspectives des banques. Ainsi, une mesure des fonds propres par lignes de métier accroîtra la transparence : il sera alors possible de mieux savoir dans quel métier une banque veut ou non être au-dessus des exigences réglementaires. De même, les actionnaires auront une vision plus précise de la capacité des établissements à faire face aux difficultés qu’un métier peut rencontrer, comme les activités de marché actuellement. Les banques ne sont pas opposées à cette nouvelle donne, d’autant que certaines effectuent déjà des allocations « notionnelles » aux métiers, selon une approche en termes de fonds propres économiques.

Que prévoit la réglementation à cet égard ?

Les projets de réforme de la réglementation prudentielle vont modifier la donne sur les exigences en fonds propres, celles sur les risques de marché sont par exemple en passe d’être renforcées. Il ne paraît toutefois pas envisageable, pour mieux superviser les activités de marché, d’en revenir au Glass Steagall Act qui imposait aux banques américaines de choisir entre l’activité de détail et celle de banque d’affaires. De même, la taille des acteurs ne devrait pas être limitée par la réglementation. Ainsi, les travaux en cours du Comité de Bâle pour préciser les nouvelles exigences en matière de fonds propres vont aboutir à différencier les niveaux de fonds propres réglementaires par lignes de métier (banque de détail, gestion d’actifs, banque d’investissement et services spécialisés). Il s’agit d’une évolution très forte par rapport à la mesure du capital qui prévalait jusqu’ici, effectuée par types de risque.

A lire aussi