La plus lourde menace pour l’économie mondiale vient de Chine

le 13/04/2022

La stratégie «zéro Covid» mise en œuvre en Chine représente un risque pour la croissance mondiale peut être encore plus grand que la guerre en Ukraine. L'analyse d'Alicia Garcia Herrero, cheffe économiste Asie Pacifique de Natixis CIB.

La plus lourde menace pour l’économie mondiale vient de Chine
Alicia Garcia Herrero est cheffe économiste Asie Pacifique de Natixis CIB.
(DR)

Les images du reconfinement de Shanghai ne sont sûrement pas aussi inquiétantes que la guerre en Ukraine mais ses conséquences néfastes sur l’économie mondiale pourraient être plus grandes.

Deux raisons expliquent cela. La première, la plus évidente, est que l’économie chinoise est dix fois plus importante que celle de la Russie et bien plus que celle de l’Ukraine. Ensuite, bien qu’Omicron se soit avéré moins dangereux que les autres vagues de Covid, la Chine s'en tient à sa stratégie zéro Covid, à l'inverse du reste du monde. 

Cette politique implique essentiellement que des restrictions de mobilité drastiques, y compris des confinements purs et simples, ont été imposées à plusieurs villes, Shanghai étant la plus grande, et représentant au total 40% du PIB chinois.

En outre, la moitié des autoroutes chinoises ne sont pas transitables et les ports fonctionnent de manière inefficace en raison des restrictions de mobilité importante. Les conséquences sur la croissance économique du pays sont visibles dans les données du mois de mars, en particulier dans le secteur des services mais aussi de plus en plus dans celui de l'industrie, certaines entreprises ayant déjà décidé de fermer temporairement leurs portes. Un éventuel arrêt brutal du secteur manufacturier chinois serait un choc majeur pour l’économie mondiale, la Chine exportant jusqu’à un tiers des biens intermédiaires dans le monde. Cela s’ajoute aux problèmes de transport potentiels, qui se manifestent déjà par une nouvelle hausse des coûts de transport.

Fontières fermées

Au-delà de la réduction de la mobilité intérieure, il ne faut pas oublier que depuis le début de la pandémie de Covid fin janvier 2020, les frontières chinoises sont fermées au monde. Cette situation a une incidence importante – et malheureusement très négative – sur l’économie mondiale.

Tout d’abord, la chute du nombre d’échanges physiques entre la Chine et le reste du monde, y compris les échanges commerciaux, est l’une des principales raisons pour lesquelles les investissements directs étrangers sortants du pays sont au point mort depuis le début de la pandémie. Cela concerne particulièrement les économies émergentes qui ont d’importants besoins de financement puisqu’elles dépendent de capitaux extérieurs pour construire leurs infrastructures et améliorer leurs capacités industrielles.

La deuxième conséquence imprévue de la fermeture des frontières chinoises est le sentiment de plus en plus négatif des Chinois à l’égard du reste du monde ainsi que la déconnexion croissante du reste du monde avec ce qui se passe en Chine. Le nombre de plus en plus élevé de cas de Covid dans la plupart des pays, comparativement à la Chine, a développé chez les citoyens chinois une forte impression de sécurité chez eux et de risque ailleurs, entraînant un désintérêt pour le reste du monde. Cela ne présage évidemment pas d'une future collaboration scientifique ou commerciale entre la Chine et les autres pays, bien qu’il soit très difficile de mesurer son impact immédiat sur l'économie mondiale.

Dans l’ensemble, la politique «zéro Covid» de la Chine pourrait réellement ravager l'économie chinoise si les confinements se poursuivent. Les conséquences négatives sur l’économie mondiale sont également importantes. Au-delà de la réduction de la demande d’importations en provenance de Chine, l’inflation est une autre conséquence plus immédiate étant donné la dépendance du monde à la production de biens intermédiaires chinoise. Enfin, le manque d’échanges internationaux depuis près de deux ans et demi n’augure rien de bon pour l’avenir de la mondialisation et de l’engagement entre la Chine et le reste du monde, en particulier l’Occident.

Sur le même sujet

A lire aussi