Euronext trouve un accord avec LSE sur la chambre de compensation LCH SA

le 08/08/2017

L'opérateur boursier français va pouvoir prendre une participation directe et un droit de préemption sur la chambre de compensation française LCH SA, aujourd'hui contrôlée par la bourse de Londres

Euronext trouve un accord avec LSE sur la chambre de compensation LCH SA
(Photo Euronext.)

Euronext a annoncé, mardi, avoir trouvé un accord avec le London Stock Exchange Group (LSE) permettant à l'opérateur français d'obtenir une participation directe et un droit de préemption sur la chambre de compensation française LCH SA.

L'accord prévoit aussi la fourniture de services de compensation de produits dérivés par LCH SA à Euronext sur une période de dix ans, alors que leur partenariat actuel devait se terminer fin 2018.

"Au total, cela représente une continuité de long terme, durable des activités de compensation pour Euronext et ses clients", a commenté l'opérateur des Bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne.

L'accord, dont la finalisation est attendue au dernier trimestre 2017, prévoit qu'Euronext échangera sa participation de 2,3% dans LCH Group contre 11,3% du capital de LCH SA, ce qui se traduira par un gain financier de 24 millions d'euros.

Euronext s'était porté candidat au rachat de LCH SA lorsque cette filiale avait été mis en vente par LSE, en 2016,  afin de rassurer les autorités européennes, inquiètes des conséquences de son projet de fusion avec Deutsche Börse.

Après le veto de l'Union européenne au projet, LSE a décidé de conserver LCH SA, compliquant la stratégie d'Euronext, qui a alors menacé de trouver des alternatives à LCH SA pour la compensation de produits dérivés.

Le rachat de LCH SA aurait permis à Euronext, qui s'opposait pourtant à la fusion de ses deux concurrents, de renforcer ses positions sur le marché très compétitif de la compensation et de contrôler une entité dont il assure, à travers les ordres de ses clients, environ 50% du chiffre d'affaires.

La compensation est devenue un sujet sensible des négociations depuis le référendum sur le Brexit au Royaume-Uni. La majeure partie de la compensation des produits dérivés libellés en euros s'effectue pour l'instant à Londres et de nombreuses voix en Europe réclament le transfert de ces opérations vers l'UE une fois le Brexit effectif.

Sur le même sujet

A lire aussi